Thomas Cook pourrait entrer en Bourse d'ici deux ans

 |  | 382 mots
Lecture 2 min.
Après plusieurs années critiques, Thomas Cook pourrait franchir une étape décisive. Dans une interview accordée au Financial Times Deutschland, le patron du voyagiste allemand, Wolfang Besser, affirme que son groupe est mûr pour entrer en Bourse d'ici deux ans. En effet, le numéro un de Thomas Cook annonce que le tour-opérateur devrait réaliser son premier bénéfice depuis quatre ans à l'issue de l'exercice 2004-2005, à fin octobre.Wolfgang Besser se veut également confiant sur la réalisation d'une marge bénéficiaire supérieure à 3,5% sur les années à venir, objectif déterminant pour confirmer ses perspectives d'introduction en Bourse. Par ailleurs, l'actuel patron s'en ira début septembre. Il sera remplacé par l'ancien patron de la filiale Internet de Deutsche Telekom, Thomas Holtrop.Le patron de Thomas Cook met ainsi fin aux rumeurs sur la dérive de son groupe. Détenu à parts égales par la compagnie aérienne Lufthansa et le géant allemand de la distribution KarstadtQuelle, Thomas Cook faisait l'objet de rumeurs quant à un possible démantèlement. Même si le patron de KarstatQuelle, Thomas Middelhoff, a affirmé récemment qu'il n'excluait pas de renforcer sa position dans le capital du voyagiste.Thomas Cook vient de traverser plusieurs années critiques. En cause, un marché allemand au ralenti et une expansion française des plus délicates. Le rachat du réseau français d'agences Havas Voyages a causé une perte opérationnelle de 9 millions d'euros sur l'exercice clos le 31 octobre 2004, conduisant ainsi à un plan de restructuration. Ce qui s'était traduit par la suppression de 200 emplois dans les agences françaises, soit 10% des effectifs sur le territoire.A force de restrictions, Thomas Cook a redressé la barre. Face aux réductions des coûts, des capacités et des investissements, l'amélioration des ventes a permis de réduire de moitié la perte nette à 176 millions d'euros entre octobre 2003 et octobre 2004.L'annonce de l'éventuelle introduction en Bourse de Thomas Cook intervient après la chute de plus de 11% du titre de son concurrent TUI en début de semaine à la Bourse de Francfort (voir ci-contre). Les investisseurs avaient alors sanctionné le virage stratégique du groupe de tourisme allemand qui avait racheté l'armateur canadien CP Ships pour 1,7 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :