Delphi évoque une possible mise en faillite

 |  | 448 mots
Lecture 2 min.
La crise s'intensifie pour Delphi. L'équipementier automobile, qui a semé le doute vendredi en débloquant une ligne de crédit de 1,5 milliard de dollars (voir ci-contre), a officiellement évoqué une possible mise en faillite. Le groupe, qui a publié son résultat trimestriel, a en effet indiqué que si les négociations en cours avec General Motors, et les syndicats, échouaient, il serait contraint de se placer sous la protection de la loi américaine sur les faillites, le Chapitre 11."Nous avons engagé des discussions avec les plus importants syndicats afin de mettre en place notre plan de restructuration, et d'autres discussions avec GM afin de bénéficier d'un soutien financier", a indiqué le groupe dans un communiqué. Or l'équipementier indique que "si ces discussions n'aboutissent pas à la mise en place d'un plan [...] nous changerons de stratégie, ce pourrait être une réorganisation sous la loi du Chapitre 11, de nos activités américaines afin de préserver la valeur de notre entreprise et d'achever notre plan".Delphi a annoncé le 5 août avoir débloqué une ligne de crédit de 1,5 milliard de dollars pour disposer d'une réserve de cash afin de financer ses activités durant le temps des négociations avec GM et les syndicats. En effet, le groupe de 180.000 employés est écrasé par des charges sociales. Selon un récent rapport de l'agence de notation Standard and Poor's, il manque un financement de 4,7 milliards de dollars au fonds de retraites de la société. Delphi souffre également d'une crise profonde dans le secteur automobile américain et en particulier de General Motors, qui représente près de la moitié de son chiffre d'affaires. Ces difficultés se ressentent dans les chiffres publiés pour le deuxième trimestre. Delphi enregistré un chiffre d'affaires de 7 milliards de dollars, en baisse de 6,6% au deuxième trimestre 2005 et a affiché une perte nette de 338 millions de dollars, contre 49 millions de charges de restructuration. Au deuxième trimestre 2004, le groupe avait affiché un bénéfice net de 143 millions de dollars.Visteon mis à malTandis que Delphi se débat pour assurer sa survie, Visteon est lui aussi mis à mal au deuxième trimestre 2005. L'équipementier automobile a enregistré une perte nette de 1,2 milliard de dollars, soit 9,49 dollars par action, au titre du deuxième trimestre. Ce résultat comprend une charge exceptionnelle de 1,1 milliard de dollars. Le groupe, qui bénéficie du soutien financier de son ancienne maison mère Ford (voir ci-contre), a enregistré un chiffre d'affaires de 5 milliards de dollars. Hormis les ventes liées à Ford, le chiffre d'affaires de Visteon a progressé de 29% à 1,8 milliard de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :