Tassement des bénéfices pour Merrill Lynch

 |  | 399 mots
Ce sont des performances plutôt décevantes qu'a affiché la banque d'affaires Merrill Lynch au titre du premier trimestre 2005. Son bénéfice net a en effet reculé de 3% sur les trois premiers mois de l'année, par rapport à la même période de 2004, alors même que ses principaux concurrents comme Goldman Sachs ou Morgan Stanley ont annoncé des résultats record pour leur premier trimestre (voir ci-contre).Le bénéfice net de Merrill Lynch s'est élevé à 1,21 milliard de dollars au premier trimestre, contre 1,251 milliard de dollars un an plus tôt. Ce dernier chiffre constituait, il est vrai, un record pour la firme de Wall Street. Et en termes de bénéfice par action, Merrill affiche un résultat de 1,21 dollar, identique à celui du premier trimestre 2004, et un peu supérieur aux attentes des analystes qui anticipaient un chiffre de 1,18 dollar, selon le consensus Thomson Financial. Ce tassement des résultats de Merrill intervient alors que le chiffre d'affaires du trimestre a progressé de 3% pour s'établir à 6,2 milliards de dollars. La banque d'affaires a souffert d'un fort recul de son activité dans la vente d'obligations. Selon Bloomberg, sa part de marché dans les ventes d'emprunts pour les agences américaines a chuté de 60% sur le trimestre, ce qui a fait passer Merrill en un an de la première à la septième place sur le marché obligataire. Au total, les bénéfices avant impôts de son activité de banque d'investissement et pour les clients institutionnels se sont établis à 1,1 milliard de dollars, à un niveau similaire à celui de l'an dernier.La division qui s'occupe des clients individuels a enregistré un bénéfice avant impôts de 510 millions de dollars, également en ligne avec les résultats précédents. Alors même que Merrill a supprimé 17.000 postes depuis 2001, sous la poigne de fer de son nouveau patron Stan O'Neal, des embauches sont prévues pour renforcer de 5% par an ses équipes de 14.000 brokers.Pour l'avenir, la banque se veut prudente. Stan O'Neal a ainsi souligné que l'environnement concurrentiel est "de plus en plus compétitif". Pour réconforter ses actionnaires, Merrill a donc adopté deux mesures de poids: la firme va racheter ses propres actions à hauteur de 4 milliards de dollars et le dividende trimestriel va être relevé de 25%. Des annonces qui permettent à l'action de gagner 2,05% à 54,33 dollars en milieu de séance, outre-Atlantique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :