"Un rapprochement relancerait les ambitions de Danone"

 |  | 501 mots
Lecture 2 min.
latribune.fr- Le scénario d'un rapprochement entre Pepsico et Danone vous semble-t-il envisageable?Cédric Louboutin- Depuis cinq ans, les rumeurs de rachat de Danone reviennent régulièrement. En se recentrant sur ses trois métiers (eau, produits laitiers frais et biscuits), Danone est devenu un groupe financièrement très solide. Il est aujourd'hui un champion de la croissance interne et génère environ 1,3 milliard d'euros de cash-flow libre par an. Ses performances le rendent très attrayant pour des concurrents comme Pepsico. Un jour, Danone sera vraisemblablement racheté. Le tout est de savoir si aujourd'hui est le bon moment.Quels sont les autres groupes qui pourraient s'intéresser à Danone?Ce sont toujours les trois mêmes noms qui reviennent: Coca-Cola, Nestlé, Unilever. Tout comme Pepsico, Coca-Cola se renforcerait indéniablement en Europe et en France où il est peu présent. Mais le groupe américain se diversifierait également au niveau de ses lignes de produits. Alors qu'il est principalement présent dans les boissons (sodas), Danone lui permettrait d'étendre ses sources de revenus en se diversifiant dans les produits laitiers et les biscuits. Pour les groupes comme Nestlé et Unilever, c'est surtout l'attrait pour les marques fortes de Danone (Lu, Evian et Danone) qui donnerait du sens à un tel rapprochement. Ces groupes pourraient également adopter des positions défensives et racheter Danone pour éviter qu'un autre concurrent ne le fasse.Danone a-t-il intérêt à rester seul aujourd'hui?Le groupe possède une grande capacité à créer de la croissance interne malgré un marché de l'agroalimentaire difficile. Ses équipes et leur savoir-faire font la force du groupe. Un rapprochement non souhaité avec un grand du secteur risquerait de casser le dynamisme du management. Toutefois, même si le groupe de Franck Riboud génère d'excellentes performances, son développement et ses perspectives laissent perplexes. Un rapprochement serait un bon moyen de relancer les ambitions du groupe et surtout de créer de la valeur pour les actionnaires.L'autre scénario est que Danone peut racheter d'autres sociétés. Sa trésorerie ne lui permettrait pas de se lancer à l'assaut des "grands" du secteur. Mais le groupe pourrait s'intéresser à des entreprises plus petites et présentes sur les marchés émergents où Danone réalise 30% de son chiffre d'affaires. Cela permettrait à Danone de nettement se diversifier à l'international, voire de développer un quatrième métier et surtout de fournir des objectifs de croissance intéressants.Comment évaluez-vous la valorisation boursière de Danone et son évolution?Aujourd'hui, Danone est une valeur très bien valorisée (vingt fois les bénéfices 2005) compte tenu de ses perspectives de croissance. Si aucune opération ne se passe, le titre ne pourra pas aller plus haut. C'est pour cette raison que les investisseurs ont profité de la rumeur d'OPA par Pepsico pour le pousser. D'ici quelques jours, le titre devrait d'ailleurs retrouver le cours de 72 euros auquel il était la semaine dernière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :