"La correction des marchés ne remet pas en cause la tendance de fond positive"

 |  | 524 mots
Lecture 2 min.
latribune.fr.- Alors que le CAC 40 avait atteint les 4.600 points plus rapidement que prévu, il subit une correction importante depuis un mois. Comment cela peut-il s'expliquer?Pierre-Yves Gauthier.- Il faut replacer les choses dans leur contexte. Ce n'est pas que le CAC 40 qui chute, ce sont toutes les places européennes. Le phénomène n'est pas juste hexagonal. Pour nous, cette correction correspond à une rupture de visibilité sur la politique des taux américains.En effet, alors que la politique des taux suivait un chemin très balisé, la Réserve fédérale américaine (Fed) met de plus en plus en avant le risque inflationniste. Cette crainte pourrait avoir pour effet d'accélérer le relèvement des taux directeurs de la Fed. C'est cette incertitude que les investisseurs sanctionnent. En outre, les marchés avaient fortement progressé, ce qui a incité les investisseurs à estimer que le moment semblait propice à une prise de bénéfices sur les actions.Cette prise de bénéfice remet-elle en question la tendance de fond des marchés, qui s'inscrivait jusqu'à présent à la hausse?Non. Car les données fondamentales des entreprises sont très bonnes. Les entreprises ont effet publié d'excellents résultats. On constate notamment que, depuis le mois de juillet, les secteurs qui auraient dû être affectés par une hausse du cours du pétrole ont vu leurs perspectives de bénéfices être revues à la hausse par les analystes. Du coup, les résultats sont bons dans tous les secteurs, alors qu'au début de l'année 2005 on craignait, au contraire, des révisions à la baisse des estimations des analystes, en raison de l'impact du prix des matières premières.En fait, il y a une forte accélération des prévisions de bénéfices. On attend désormais une croissance des bénéfices par action de 18,5% sur les marchés européens. Alors qu'au début 2005, on visait tout juste 10% de croissance des résultats. En outre, pour l'année prochaine, la croissance des bénéfices devrait rester élevée, à 9%. Ce qui montre que les entreprises se portent bien!Comment expliquer la bonne performance des entreprises, en termes de bénéfices?Les groupes ont sans aucun doute gagné en productivité. En effet, les prix de vente sont toujours pénalisés par la faiblesse du dollar - même si celui-ci a un peu remonté par rapport à l'euro. En outre, les entreprises sont toujours touchées par la hausse du prix des matières premières. Ainsi, il semblerait que c'est sur le coût du travail - donc de la productivité - qu'elles auraient fait le plus d'effort pour compenser ces éléments négatifs pour leurs marges. C'est une hypothèse que nous allons surveiller...Dans le contexte boursier et économique actuel, quelle prévision peut-on faire sur l'indice CAC 40 cette année?Nous visions, avant la correction, un CAC 40 compris entre 4.600 et 4.700 points en fin d'année. Aujourd'hui, je pense qu'il devrait s'établir à 4.600 points, même s'il est repassé sous les 4.400 points en octobre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :