La pharmacie échappe à la baisse grâce à Eli Lilly

 |  | 358 mots
Valeurs défensives par excellence, les actions des groupes pharmaceutiques montrent une nouvelle fois ce vendredi leur capacité à amortir la baisse du marché. Alors que l'ensemble des places européennes cèdent à la déprime, ces valeurs sont les seules à échapper au repli. L'indice Stoxx des valeurs européennes de la santé affiche ainsi une hausse de 1,3% en fin de journée superformant de plus de 2% l'ensemble du marché. Roche gagne par exemple près de 5,69% et si Sanofi-Aventis plie légèrement, sa performance tranche avec celle de la Bourse de Paris qui lâche 1,92%.Toutefois, ce ne sont pas les seules qualités intrinsèques du secteur qui aujourd'hui attirent les investisseurs. Déjà rassurés par les récentes prévisions de bénéfices de Merck, ils semblent particulièrement sensibles à la manche juridique remportée par l'Américain Eli Lilly.Phénomène désormais classique, Eli Lilly était opposé à un fabricant de génériques, menaçant l'un de ses "blockbusters", l'anti-psychotique Zyprexa. Or, le tribunal fédéral jugeant l'affaire a décidé de confirmer le brevet d'Eli Lilly jusqu'en 2011. "Il s'agit d'une victoire majeure pour le secteur pharmaceutique", ont souligné les équipes de Société Générale, citées par l'AFP. Un avis largement partagé chez les analystes, notamment par ceux de CSFB qui en ont profité pour relever leur opinion sur la pharmacie.Evidemment, cette victoire ne présage en rien de l'issue des autres dossiers en cours, tant les cas sont uniques et les législations différentes d'un pays à l'autre. Rappelons en particulier que Sanofi-Aventis a lui aussi un brevet menacé, celui de l'anticoagulant Plavix. Le laboratoire franco-allemand a déjà remporté une manche au Canada et le 13 mai doit se tenir l'audience préliminaire de son procès aux Etats-Unis.Toutefois, le marché ne peut s'empêcher de voir dans l'affaire Zyprexa un signe positif. "Bien que la décision sur le Zyprexa ne puisse pas être extrapolée à d'autres dossiers, elle accroît cependant la confiance dans l'idée que les brevets peuvent être préservés", fait remarquer Société Générale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :