La hausse des prix se poursuit chez Rhodia

 |   |  334  mots
A la mi-janvier, Rhodia avait promis un "niveau d'activité soutenu" pour le quatrième trimestre 2004. Le marché ne semble aujourd'hui pas déçu, alors que le chimiste vient de publier son chiffre d'affaires annuel. En réaction, le titre a gagné 5%, à 1,89 euro. Il est vrai que le dernier trimestre de 2004 a été synonyme de nette accélération.Bien sûr, compte tenu des diverses cessions intervenues, le chiffre d'affaires publié recule de plus de 6% à 1,23 milliard d'euros. Cependant, en données comparables (soit à périmètre et taux de change constants), la croissance a atteint 10,6%, alors qu'elle ne dépassait pas 5,7% à l'issue des neuf premiers mois de l'exercice.L'explication est simple: parallèlement à l'augmentation de ses volumes écoulés, Rhodia a été en mesure de poursuivre sa politique de hausse tarifaire. En baisse au premier trimestre, les prix de l'industriel avaient retrouvé progressivement le chemin de la hausse jusqu'à progresser de 4,2% au troisième trimestre. Sur les trois derniers mois de 2004, le groupe a fait encore mieux, avec une augmentation de ses tarifs de 7,7%.Cette poussée du quatrième trimestre a naturellement profité à l'ensemble de l'exercice. En 2004, le chiffre d'affaires est ressorti à 5,28 milliards d'euros, traduisant une baisse de 3,1% en données brutes mais une amélioration de 6,8% en comparables. "Dans un environnement marqué par une demande soutenue sur la majorité de ses marchés, particulièrement en Asie, aux Etats-Unis et en Amérique Latine, le groupe enregistre une croissance en volumes de 5,3% par rapport à 2003 alors que les prix progressent de 2,7%, hors effet de change transactionnel (-1,2%)", précise le communiqué.Cette hausse des tarifs sera en tout cas la bienvenue pour absorber des coûts de matières premières toujours élevés. Tandis que ses résultats doivent être annoncés le 1er mars, Rhodia est sur ce plan assez confiant. En janvier, il disait viser un excédent brut d'exploitation (EBE) "légèrement supérieur" aux indications données auparavant, soit un chiffre compris entre 420 millions et 425 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :