Fin d'année record pour Citigroup

 |  | 308 mots
Lecture 1 min.
Après avoir très mal débuté, l'année 2004 s'est bien terminée pour Citigroup. La banque américaine, qui avait dû provisionner 4,95 milliards de dollars dans ses comptes du deuxième trimestre 2004 afin de solder les scandales WorldCom ou encore Enron notamment (voir ci-contre), a enregistré un résultat record au quatrième trimestre.Le bénéfice net du groupe sur les trois derniers mois de l'exercice 2004 s'est établi à 5,32 milliards de dollars, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente. Le produit net bancaire a progressé pour sa part de 9% sur une année, pour atteindre 21,9 milliards de dollars au quatrième trimestre. Ce bon résultat est principalement dû à la croissance des activités de banque de détail.Reste que sur l'ensemble de l'exercice, les différents scandales auxquels Citigroup a été mêlé laissent des stigmates dans ses comptes. Ainsi, le bénéfice net de la société recule finalement de 5% en 2004 par rapport à 2003, à 17 milliards de dollars (3,26 dollars par action).C'est que le résultat annuel intègre, outre la charge exceptionnelle de 4,95 milliards passée au début de l'exercice, une charge de 244 millions au quatrième trimestre, liée à la fermeture de sa filiale japonaise Japan Private Bank, et une autre provision de 131 millions de dollars en vu d'un règlement de litiges concernant cette société. De fait, hors éléments exceptionnels, le résultat net du groupe aurait été de 21,2 milliards de dollars, en hausse de 19%, rappelle Citigroup dans son communiqué.La banque, également impliquée dans le scandale Parmalat, espère repartir sur de bonnes bases pour l'exercice 2005 et la direction souhaite redorer l'image du groupe afin que celui-ci devienne "la société de services financiers mondiale la plus respectée".A New York, le titre cède 0,40%, à 47,85 dollars, en milieu de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :