Tommy Hilfiger repris par Apax Partners pour 1,6 milliard de dollars

 |  | 374 mots
Lecture 2 min.
A bout de souffle, Tommy Hilfiger, que l'on dit à vendre depuis un moment, a enfin trouvé preneur. Le groupe de prêt-à-porter va passer dans le giron d'Apax Partners, moyennant 1,6 milliard de dollars. L'opération doit être bouclée au printemps prochain. A ce moment-là, le PDG Europe Fred Gehring, remplacera David Dyer, actuellement à la tête de la société. Fondateur de la marque, Tommy Hilfiger sera affublé du titre de "créateur principal". Le groupe génère un chiffre d'affaires annuel de 1,78 milliard de dollars.Le fonds d'investissement a proposé 16,8 dollars en cash pour chaque action Tommy Hilfiger, soit une prime d'à peine 5% sur le cours de clôture de jeudi à New York. L'offre doit encore recevoir l'approbation des actionnaires du groupe de textile.A la mi-décembre 2004, Tommy Hilfiger avait racheté les marques du couturier Karl Lagerfeld afin de se renforcer dans les vêtements de luxe. Le couturier devait ainsi continuer à diriger ses marques. "Depuis fin 2003, nous nous sommes concentrés sur l'amélioration de la performance d'exploitation et le suivi d'objectifs à long terme pour regagner notre rang d'entreprise à forte croissance et à hauts rendements", a indiqué David Dyer, dans un communiqué.En août dernier, la banque JP Morgan avait passé en revue les alternatives pour la marque en déclin. Suite à un processus d'enchères d'envergures, les administrateurs avaient opté pour une cession à Apax Partners.C'est une triste descente aux enfers qu'a connu la marque américaine, qui fêtait l'année dernière ses vingt ans. Après une ascension en flèche durant les années 90 grâce à ses vêtements "preppy" (de "prep school", les classes préparatoires aux grandes universités américaines), la marque créée par le styliste new-yorkais Tommy Hilfiger a vu ses ventes décliner depuis 1999. Elle a dû se résoudre à fermer des magasins - notamment les mégastores - et à multiplier les promotions pour écouler les stocks. Depuis le début de ses ennuis, elle n'a connu qu'un seul exercice bénéficiaire, en 2003.A New York, le titre était quasi inchangé en milieu de matinée vendredi à 15,99 dollars, signe que les investisseurs sont déçus par l'offre du fonds et ne croient pas à une surenchère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :