"La chute du titre L'Oréal a été nettement exagérée"

 |   |  543  mots
latribune.fr- Pourquoi les résultats semestriels de L'Oréal ont-ils été mal accueillis à la Bourse?Jean-Philippe Muge- En effet, le titre a perdu 3,7% vendredi 2 septembre à 63,75 euros après avoir ouvert en baisse de 6%. Cette chute s'explique par un résultat opérationnel moins bon que prévu ainsi que par des marges opérationnelles en recul, celles-ci étant passées de 16,1% à 15,6%. Ces résultats sont également dus au fait que 20% à 25% du chiffre d'affaires est réalisé grâce aux nouveaux produits. Et cette année, la plupart ne seront lancés qu'au second semestre. Toutefois, le deuxième trimestre a été meilleur que prévu mais les résultats intégrés du premier trimestre, qui avait été très décevant, ont encore pesé. Cette réaction vous semble-t-elle justifiée?Non, elle est clairement exagérée. Malgré ces résultats quelque peu décevants, L'Oréal continue de dégager des marges importantes. Les marges d'exploitation oscillent entre 14% et 20% selon les branches et sont de deux à trois points plus élevées que celles de ses concurrents Unilever ou Procter & Gamble. Dans quels domaines l'activité du groupe est-elle à la traîne?L'Europe de l'Ouest reste la zone dont la croissance peine le plus. Particulièrement en France et en Allemagne où la conjoncture morose plombe la progression des ventes. Il faut également prendre en compte la baisse de la confiance des ménages et l'augmentation de leur taux d'épargne qui n'arrangent rien. Au niveau des branches, le résultat opérationnel des activités "luxe" et "professionnel" reculent respectivement de 4,1% et de 5,7%. Mais il faut signaler, là encore, que les niveaux de marge restent élevés. Elles atteignent 17% pour le luxe et 19% pour la branche professionnelle. Qu'en est-il des perspectives de croissance du groupe?Les objectifs de 5% à 6% de croissance en 2005 et de progression à deux chiffres du résultat net sont tout à fait réalisables même si Sanofi ne contribue plus autant aux bénéfices qu'avant du fait de sa fusion avec Aventis. La politique de rachat d'actions de L'Oréal permet de compenser la baisse de l'exploitation du groupe en Europe (voir ci-contre). Mais les développements à venir se trouvent en Amérique du Nord et en Asie. Même si les volumes restent relativement faibles à l'échelle du groupe, les performances sont très bonnes. Outre-Atlantique, les ventes ont progressé de 7% au premier semestre 2005 par rapport à 2004, alors qu'en Chine, elles ont augmenté de 24%. L'Oréal prévoit d'ailleurs une politique agressive de lancement de produits accompagnée d'une stratégie de croissance externe en Asie. Les faibles taux d'équipement de ces populations en produits cosmétiques laissent entrevoir de fort potentiel de croissance pour L'Oréal. Le titre a-t-il encore du potentiel en Bourse?Le titre L'Oréal s'échange entre 22 et 30 fois ses bénéfices attendus en 2005 alors qu'historiquement, le PER est de 40. Par ailleurs, sa position de leader dans plusieurs pays et domaines d'activité font que sa situation est moins risquée que celle de ses concurrents. Et L'Oréal gagne encore des parts de marché par rapport à Unilever et Procter & Gamble. Le titre de L'Oréal devrait donc bénéficier d'une prime de 10% à 20% par rapport à son cours actuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :