Le président d'Accor s'en va sur de bons semestriels

 |  | 659 mots
Lecture 3 min.
Jean-Marc Espalioux s'en va et pourrait bien emporter toute sa direction avec lui. Comme prévu, le conseil de surveillance d'Accor n'a pas renouvelé le mandat de son président du directoire. Mais le groupe hôtelier va plus loin. Le conseil, réuni hier, "a estimé qu'il convenait de mettre en place une relève au sein de l'équipe actuelle de direction, en vue de conduire une nouvelle phase de développement du groupe". Ce changement devrait intervenir au plus tard le 15 janvier 2006, date jusqu'à laquelle Jean-Marc Espalioux conserve ses fonctions. Le président du directoire d'Accor a assuré, lors de la conférence de presse, qu'il "participait activement au processus de changement de direction et que ma [sa] voix compte". Jean-Marc Espalioux a par ailleurs souligné qu'il "proposera des suggestions" concernant son successeur et qu'il "donnera son avis pour sa désignation". Le président d'Accor, qui paraissait gêné, n'a donné aucune indication sur ses indemnités de départ qui pourraient s'élever, selon "Les Echos", entre 12 et 15 millions d'euros hors stock-options. Jean-Marc Espalioux s'est félicité de son bilan qu'il a qualifié d'"honorable". Il part donc la tête haute, en présentant un bon résultat semestriel du groupe. "Accor va bien", a-t-il lancé et le groupe "confirme son redressement après des années de crise" dans le tourisme.Bons résultats semestrielsLe groupe a ainsi annoncé un bénéfice net semestriel de 156 millions d'euros, en hausse de 143,8% par rapport à celui de l'an dernier. Au niveau opérationnel, le résultat d'exploitation progresse de 7,6% à 904 millions d'euros, en ligne avec les prévisions des analystes. Accor indique que la reprise se confirme dans tous les secteurs d'activité. Le segment haut et milieu de gamme (Sofitel, Novotel, Mercure) "a bien progressé notamment grâce aux bons résultats de la France", notamment grâce à une nouvelle politique tarifaire plus lisible. Aux Etats-Unis, la marge a progressé de 3,6%.De son côté, l'hôtellerie économique (Etap, Ibis, Formule 1) "continue d'afficher de bons résultats" en Europe et procède à un rattrapage aux Etats-Unis. La France peine encore puisque la marge en Europe hors France progresse de 0,5 point contre 0,3 point en prenant en compte la France.Poursuite de la stratégieCette évolution devrait d'ailleurs être l'axe central de développement de la nouvelle politique d'Accor impulsée par l'arrivée du fonds d'investissement Colony Capital (voir ci-contre). Arrivé en mars dernier, Colony a investi un milliard d'euros dans Accor et prévoit grâce à cet investissement l'ouverture de 1.000 hôtels d'ici 2009, alors que le groupe en compte aujourd'hui 4.000. Mais la stratégie du groupe ne s'arrête pas là. Accor a déjà engagé et compte poursuivre une politique de cessions des murs. Cette politique d'externalisation d'actifs du groupe s'est d'ailleurs illustrée par une cession de 128 murs d'hôtels au premier semestre. La plus-value dégagée s'est élevée à 109 millions d'euros. En contrepartie, le groupe paiera pour les hôtels de milieu et haut de gamme, des loyers variant en fonction du chiffre d'affaires des hôtels et sans minimum garanti. Quant aux hôtels économiques, le groupe met en place des contrats de franchise. "En 1996, Accor détenait 2.600 hôtels et en possède aujourd'hui plus de 4.000" s'est félicité Jean-Marc Espalioux. Dans le cadre de son plan stratégique 2005-2007, Accor souhaite ouvrir 88.000 chambres alors qu'il en a déjà ouvert 24.000.Avant cette échéance, Accor se fixe un objectif de résultat courant avant impôt pour 2005 compris entre 590 et 610 millions d'euros (+15% à +20%) contre 230 millions d'euros au premier semestre 2005. Cette prévision ne satisfait pas les analystes de Fideuram Wargny, qui prévoyaient un résultat courant de 640 millions d'euros pour 2005. Accor prévoit également un résultat net en progression de 30% à 300 millions sur l'ensemble de l'exercice. Ces prévisions ont déçu quelques analystes et plusieurs investisseurs puisque le titre baisse de 2,23% à 42,52 euros en début d'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :