L'oligarque Suleiman Kerimov toujours dans le coma à Marseille

 |  | 317 mots
Lecture 2 min.
Le milliardaire a été victime d'un accident de voiture samedi à Nice. Ses médecins doivent se prononcer aujourd'hui.

Le milliardaire russe Suleiman Kerimov restait toujours maintenu en coma artificiel hier au sien du service de réanimation de l'hôpital de la Conception à Marseilles, après avoir été victime d'un accident automobile sur la Côte d'Azur.

Natif du Dagestan, Suleiman Kerimov s'est lancé dans le secteur bancaire en 1991, après l'effondrement de l'Union soviétique. Il a ensuite rapidement mis la main sur des actifs dans l'aviation puis dans le négoce pétrolier. Marié et père de trois enfants Suleiman Kerimov siège en outre à la Douma, depuis 1999, représentant le parti ultranationaliste de Vladimir Jirinovski. Si celui-ci n'a pas rallié le parti Russie Unie de Vladimir Poutine, il n'est pourtant en rien un oligarque d'opposition.

Agé de quarante ans, son patrimoine a été récemment estimé par le magazine Forbes à plus de 7 milliards de dollars. Une richesse avant tout constituée par ses participations dans Gazprom et Sberbank. L'oligarque est ainsi l'un des principaux actionnaires privés du monopole russe du gaz naturel contrôlé par l'Etat ("Plongée dans l'actionnariat fantôme de Gazprom", La Tribune du 22 septembre). Celui-ci demeure également l'un des actionnaires clef de Sberbank (celui-ci en détenait 5,5 % en octobre dernier), le premier groupe bancaire russe.

Suleiman Kerimov a été brûlé à 70 % à la suite du crash de sa Ferrari Enzo, samedi sur la Promenade des Anglais à Nice. Ses médecins devraient se prononcer aujourd'hui sur son état et faire part de leur pronostic. L'homme d'affaires aurait été accompagné lors de l'accident de Tina Kandelaki, une présentatrice de la chaîne de television russe CTC. Traitée à l'hôpital de Nice, celle-ci aurait été rapatriée en Russie avant d'avoir pu être interrogée par la police française précise l'agence Bloomberg. Une présence d'autant plus étrange, que, interrogée à Moscou par le quotidien Komsomolskaya Pravda, celle-ci a indiqué être à Moscou le jour de l'accident.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :