L'Avion obtient des autorités françaises son permis de voler

 |   |  497  mots
La compagnie aérienne française "100% classes affaires" à prix attractifs a reçu vendredi de la Direction générale de l'aviation civile son certificat de transport aérien et sa licence d'exploitation. Le premier vol entre Orly et New York est prévu le 3 janvier au lendemain de la visite en France de représentants des autorités américaines en charge de la sûreté.

L'Avion (marque commerciale de la société Elysair), la compagnie aérienne "100% classes affaires" à prix attractifs, a obtenu ce vendredi toutes les autorisations côté français pour débuter ses opérations. La compagnie débutera ses vols entre Paris-Orly et New York (Newark) le 3 janvier prochain et non le 27 décembre a indiqué son président du directoire Marc Rochet confirmant des informations dévoilées dans La Tribune le 20 décembre.

Alors que les pilotes effectuaient vendredi à Châteauroux toute une série d'exercices d'entraînements, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) accordait le certificat de transport aérien (CTA), puis dans la foulée la licence d'exploitation. Le premier document sanctionne la capacité technique et opérationnelle à faire du transport public en toute sécurité, le second la capacité financière.

Ces documents ont été envoyés immédiatement aux autorités américaines pour qu'elles puissent elles aussi donner leur feu vert. Ne reste plus qu'une dernière étape : le feu vert des autorités en charge des mesures de sûreté (TSA) dont des représentants sont attendus le 2 janvier à Orly pour re-certifier l'aéroport et la compagnie. Selon la DGAC, interrogé par La Tribune "il est donc fort probable que les vols débutent le 3 janvier".

Ce sera donc la première compagnie aérienne européenne à lancer un tel concept, un an après les débuts des américaines Maxjet (100% classe affaires) et EOS (100% Première classe) entre les Etats-Unis et Londres. Du seul point franco français, il s'agit également d'un évènement, l'heure étant plutôt aux disparitions des compagnies aériennes depuis une dizaine d'années.

La compagnie a réuni un tour de table de 25 millions d'euros auprès de 25 actionnaires, la plupart anonymes. Certains seraient "des barons du capitalisme européen" selon Christophe Bejach président du conseil de surveillance d'Elysair, et membre du directoire de la compagnie financière Saint-Honoré (holding de tête de LCF Rothschild), l'un des principaux actionnaires de la compagnie.

L'Avion utilise un Boeing 757, loué au groupe Lufthansa -à qui il a toujours appartenu-équipé de 90 sièges de classe affaires, provenant également de l'ancien produit de la compagnie allemande. Les prix varient entre 1600 euros à 3000 euros TTC l'aller-retour. D'ores et déjà, la compagnie travaille pour lancer un deuxième appareil en juin également vers les Etats-Unis. Il s'agira d'un doublement des vols sur New York ou de l'ouverture de Boston. Au-delà, la compagnie pourrait se lancer vers la Russie et le Moyen-Orient.

Mais avant d'en arriver là, il faudra déjà passer l'épreuve new yorkaise. La ligne Paris-New York est en effet assurée par Air France, Delta Air Lines, American Airlines, Continental Airlines mais aussi Air India (en continuation de son vol en provenance de Bombay, un droit de cinquième liberté). Et peut être prochainement la compagnie américaine EOS qui selon nos informations projette sérieusement de se poser à Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :