Le New Morning fête son quart de siècle

 |  | 418 mots
Lecture 2 min.
Le club parisien célèbre ses 25 ans avec tambour et trompette. Une aventure musicale et économique portée par une figure, Eglal Farhi.

Un bel exemple de reconversion! L'ancienne imprimerie du Parisien s'est imposée en vingt-cinq ans comme l'un des hauts lieux du jazz, au même titre que le Village Vanguard à New York ou à Paris également le Sunset-Sunside qui soufflera ses 25 bougies en 2007.

Passer au New Morning, c'est une consécration pour tous les jazzmen de la planète. Il faut assurer pour remplir cette salle de quatre cents spectateurs au confort rustique logée à proximité de la Gare de l'Est, entre coiffeurs africains, bistrots turcs et restaurants indiens.

Tout le gotha du jazz s'est produit ici au 7-9 rue des Petites Ecuries... à l'exception de Miles Davis. Eglal Farhi, créatrice du lieu au printemps 1981, garde un souvenir particulier pour Chet Baker, toujours émouvant, Stan Getz, altier et distingué, Nina Simone, volcanique et inquiète, ou encore Art Blakey qui lui racontait sa vie.

"Diriger le New Morning, analyse Eglal Farhi, c'est prendre un risque tous les jours. Avec mon équipe, surtout féminine, j'essaye donc de prendre des risques calculés". Lancé à l'époque où le jazz avait perdu une partie de son public avec le courant free (exigeant et déroutant), le New Morning a élargi sa programmation aux musiques improvisées, africaines et latines.

L'affiche du mois de décembre, pour ce 25ème anniversaire, illustre bien cet éclectisme: les frères Belmondo (Stéphane le trompettiste et Lionel le saxophoniste), et Didier Lockwood pour le jazz ouvert à toutes les tendances, la jeune chanteuse Robin McKelle, nouvelle voix tonique, les bluesmen Larry Carlton-Robben Ford et un grand orchestre aux accents latinos, Ernesto Tito Puentes.

"Au Caire, dans les années 40, la scène musicale était ouverte à toutes les cultures", se souvient Mme Farhi. Son coup de foudre avec le jazz date d'un concert donné là-bas par Louis Armstrong. Elle attendra quarante ans pour exercer sa passion. "Je me suis lancée dans l'aventure du New Morning à 59 ans! confie-t-elle en souriant. Pimpante, la coupe de champagne à la main, Eglal Farhi lance comme dans un défi: "Le côté ludique de ma vie continue! Tenez, la semaine dernière, nous avons fêté ici les 80 ans du pianiste Randy Weston... mon cadet!"


New Morning, 7-9, rue des Petites Ecuries, Paris (10). Réservations: 01 45 23 51 41.
Parmi les concerts: Robin McKelle (14 décembre), Ernesto Tito Puentes big band (du 15-16 décembre).
DVD des "25 ans au New Morning", quatre heures de musique avec Clark Terry, Art Farmer, Jacky Terrasson, Gil Scott-Heron, Ray Barretto, Joe Lovano, Lou Donaldson. France-Télévisions Distribution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :