Le gouvernement engage 400 millions pour la filière automobile sur 2006-2008

 |  | 463 mots
Lecture 2 min.
Après les consultations de la semaine dernière, Dominique de Villepin a annoncé ce matin les mesures de soutien à la filière automobile. L'Etat va engager au total 400 millions d'euros pour l'innovation et la recherche dans la filière automobile sur trois ans (2006-2008).

Le Premier ministre Dominique de Villepin a présenté, ce mercredi matin lors de sa conférence de presse mensuelle, les mesures de soutien à la filière automobile. Des mesures très attendues notamment par les équipementiers particulièrement touchés par les difficultés du secteur.

Au total le gouvernement français a décidé de consacrer à la filiale une enveloppe de 400 millions d'euros, pour l'innovation et la recherche sur trois ans (2006-2008). Les représentant de la filière automobile ont été très entendus par le premier Ministre. L'enveloppe globale est en effet conséquente. Les sous-traitants de l'aéronautique confrontés à une grave crise liée aux déboires d'Airbus, avaient eu pour leur part 145 millions d'euros.

L'Agence de l'innovation industrielle (AII) va débloquer 120 millions d'euros en 2007 en faveur de la filière automobile, qui viendront s'ajouter aux 120 millions engagés en 2006 pour soutenir le projet du moteur hybride diesel.

Le plafond du crédit d'impôt recherche en faveur de l'industrie sera par ailleurs doublé en 2007 pour passer à 16 millions d'euros par entreprise, a ajouté le Premier ministre lors de sa traditionnelle conférence de presse mensuelle, organisée dans les locaux de l'équipementier automobile Valeo à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Dans l'enveloppe de 400 millions, il sera accordé une aide de 150 millions d'euros sur trois ans (2007-2009) pour la formation et la reconversion des salariés des entreprises en difficulté.Enfin, Dominique de Villepin souhaite de nouvelles propositions sur les délais de paiement d'ici au 15 janvier. Le premier Ministre s'est déclaré prêt à passer par la loi pour réduire les délais de paiement dans l'industrie automobile si les constructeurs ne parvenaient pas à un accord avec les équipementiers et les sous-traitants.

Les équipementiers sont confrontés à des délais de paiement élevés en France où la pratique du secteur est de régler les pièces à 90 jours fin de mois. Dans la plupart des pays étrangers (Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, pays émergents...), les constructeurs payent leurs fournisseurs de pièces à 30 jours.

Six régions en France sont particulièrement concernées car la filière automobile y représente une part importante des emplois: Ile-de-France, Franche-Comté, Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace et Haute-Normandie.

La baisse de ventes des équipementiers français a été de 7,6% au premier semestre. Et la fin de l'année en cours devrait se situer à un niveau beaucoup plus bas que fin 2005, estime la FIEV ( Fédération des industries des équipements pour véhicules) qui n'attend pas d'amélioration pour 2007.

Les destructions d'emplois devraient dépasser les 5.000 postes d'ici à la fin 2006. Cette mauvaise passe est directement liée à la chute de la production des constructeurs français dans l'Hexagone (- 13,7% sur les neuf premiers mois de l'année, comparé à la même période de 2005).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :