EADS devrait décider aujourd'hui de l'avenir de l'A350

 |   |  198  mots
Les principaux dirigeants et actionnaires du groupe franco-allemand tiennent aujourd'hui un conseil d'administration. A l'ordre du jour, le lancement du futur biréacteur long-courrier. Une émission obligataire comprise entre 2,5 et 3 milliards devrait être lancée pour assurer une partie de son financement

La tenue du conseil d'administration d'EADS, maison mère d'Airbus, n'a été acquise que hier soir en fin de journée. Après le rendez vous manqué de vendredi dernier, les actionnaires et principaux dirigeants du groupe franco-allemand devraient se retrouver ce vendredi pour discuter de la suite du plan d'économie Power 8 mais surtout arrêter le lancement du A350 XWB.

Pour financer ce long-courrier qui doit couvrir un segment représentant 40% du marché aéronautique, les actionnaires d'Airbus auraient selon "La Tribune" arrêté le principe d'une émission obligataire hybride (leverage bond) assimilée à des quasi-fonds propres. Cette émission pourrait assurer entre 25 et 30% du programme soit entre 2,5 et 3 milliards d'euros. Elle aurait la garantie des quatre Etats liés à EADS, à savoir la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Espagne.

Le complément de financement reposerait sur les économies produites par le plan Power 8 et par un recours accru aux sous-traitants. Louis Gallois, co-président d'EADS et président d'Airbus, a indiqué récemment que la sous- traitance pourrait être associée aux coûts de développement à hauteur de 1,8 milliard d'euros. Sans oublier le recours à une sous-traitance délocalisée vers la Chine et la Russie notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :