Eurazeo préfère céder Fraikin à CVC Capital Partners pour 1,35 milliard d'euros

 |   |  322  mots
Après plusieurs semaines de tergiversations, Eurazeo a finalement choisi la cession de Fraikin plutôt que sa mise en Bourse. Le fonds d'investissement CVC Capital Partners reprend la totalité de la société de location de camions pour 1,35 milliard d'euros.

Eurazeo a finalement décidé de céder Fraikin plutôt que de l'introduire en Bourse. Après plusieurs hésitations sur le dossier et histoire de faire monter les enchères jusqu'au bout, Eurazao a indiqué ce matin avoir reçu une offre ferme de CVC Capital Partners de 1,35 milliard pour la totalité de Fraikin. Néanmoins Eurazeo a du revoir ses prétentions puisqu'initialement la holding souhaitait obtenir 1,5 milliard.

"La signature des accords définitifs devrait intervenir dans les jours qui viennent" et la transaction devrait être réalisée au cours du premier trimestre 2007, indique le communiqué. Cette offre porte sur l'intégralité du capital de Fraikin Groupe pour une valeur d'entreprise de 1,35 milliard d'euros, qui correspond à un prix par action de 14 euros. Il s'agit de la fourchette basse du prix prévu pour la mise en Bourse, entre 14 et 16,25 euros.

Cette mise en concurrence entre l'introduction en Bourse et la vente à des investisseurs privés ("dual track" dans le jargon des banquiers) est de plus en plus fréquente. Il permet aux fonds d'investissement qui souhaitent vendre leurs participations de faire monter les valorisations. Les deux processus se déroulent donc parallèlement.

La vente de Fraikin représente pour Eurazeo un produit de cession de 340 millions d'euros, qui correspond à un multiple de 3,4 fois l'investissement initial et à un TRI (taux de retour sur investissement, ndlr) réalisé supérieur à 35% sur la période mars 2003 - février 2007, précise Eurazeo dans son communiqué.

Fraikin, introduite en 1995, avait été retirée de la cote en 2000, à l'occasion de son rachat par le groupe Iveco, qui avait revendu Fraikin en 2003 pour 805 millions d'euros. Le groupe a pour objectif d'afficher un taux moyen annuel de croissance organique de 7,5% à 9% pour son chiffre d'affaires. Pour l'exercice clos au 30 mars 2007, le groupe devrait réaliser un excédent brut d'exploitation de l'ordre de 310 millions d'euros, qui intègrera l'acquisition de Lex Transfleet et de Locafroid.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :