La confiance des milieux d'affaires allemands se renforce pour 2007

 |   |  382  mots
L'indice du climat des affaires de l'Ifo a progressé de façon inattendue en octobre à 106,8. Les entreprises comptent sur la baisse du prix du baril et les exportations pour compenser la hausse prochaine de la TVA.

Le sentiment de confiance a progressé en Allemagne de façon imprévue ces dernières semaines. Les milieux d'affaires prévoient que les exportations et les dépenses d'investissement amortiront les effets de la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée programmée par la Chancelière Angela Merckel l'an prochain.

L'indice du climat des affaires de l'Institut Ifo, fondé sur les réponses de 7.000 responsables d'entreprises, a ainsi grimpé de 105,3 à 106,8 en octobre. Les économistes avaient tablé sur 105,2. L'économie allemande, qui pourrait réaliser sa meilleure performance depuis 2000, pourrait ralentir au premier trimestre en raison d'une hausse des taux d'intérêt, et du projet d'Angela Merckel de relever la TVA, qui pèsera sur les ventes. Mais le recul du prix du pétrole, les exportations vers l'Asie et les projets d'investissements des entreprises pourraient néanmoins contribuer à redonner de l'élan à la croissance plus tard dans le courant de l'année.

"Les prévisions pour 2007 sont positives. Même si la situation ne sera pas aussi euphorique qu'actuellement", a indiqué Ralph Wiechers, économiste en chef de VDMA Machinery Industry Association, qui compte parmi ses membres Siemens AG et Man AG. Pour lui, "la croissance résultant des exportations et des investissements sera encore nettement positive l'an prochain".

Au début du mois, la Commission européenne a relevé ses prévisions de croissance pour l'Allemagne et table à présent sur une expansion économique de 2,4% cette année et 1,2% l'an prochain. A l'origine, elle prévoyait des taux de 2,2% et 1%. Le prix du pétrole a reculé de 23% après avoir atteint un pic de 78,40 dollars le baril et valait 59,14 dollars ce matin à Londres.

La croissance a accéléré alors que les entreprises ont amplifié leurs dépenses et leurs recrutements pour répondre à une demande croissante sur le marché domestique et à l'étranger, le taux de chômage revenant à un plus bas depuis deux ans à 10,4% en octobre. Quoiqu'il en soit, l'économie ralentira au premier trimestre 2007, la TVA passant à 19% au lieu de 16% actuellement, a confirmé Stefan Bielmeier, économiste à Deutsche Bank AG à Francfort, tempérant la reprise de la consommation qui a marqué 2006. Par ailleurs, les dirigeants d'entreprises pourraient faire face à une hausse des taux d'intérêts et au ralentissement de l'économie américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :