Entrain électrique

 |  | 715 mots
Lecture 3 min.
Les trains miniatures font l'objet d'enchères élevées. C'est Noël toute l'année

Tout roule: aux enchères, les trains miniatures ne restent jamais à quai puisque les acheteurs payent leur ticket au prix fort. La salle des ventes de Chartres (chartres@galeriedechartres.com) est devenue au fils des ans, avec celle de Christie's à Londres, la gare de rencontre de ces grands enfants, au portefeuille bien rempli, qui n'hésitent pas à monnayer leur passion au prix fort: on trouve difficilement une locomotive ancienne en bon état à moins de 2.000 euros.

Un juste retour aux sources, car ce jouet a toujours été l'apanage des "grands". Les premières machines à vapeur des années 1880 ne pouvaient en effet être actionnées que par des adultes, car le brûleur à pétrole et la machinerie présentaient de réels dangers. Et les modèles des années 1960 étaient tellement précis que chaque détail caractérisait un modèle et les aiguillages étaient tellement complexes qu'un plan de montage sophistiqué figurait dans la notice.

Reste que rares sont les acheteurs de ces modèles qui font rouler leurs belles mécaniques, et les réseaux ferroviaires sont surtout constitués par des associations de passionnés, souvent d'anciens cheminots. La grande majorité des collectionneurs se contente d'exposer ses trésors dans une - ou plusieurs - vitrines. L'état de la machine est donc primordial, le moindre bout de métal écorché réduisant de 10 à 15% sa valeur.

Mais mieux vaut un objet à la peinture érodée que refaite: il faut que la loco ou le wagon soit le plus proche de son état initial. La qualité de la fabrication est également essentielle, et se retrouve selon les marques, chaque pays ayant son fabricant de préférence: les Français apprécient Jep, Fournereau ou Joueff, les Britanniques Basset Lowke ou Hornby, les Suisses, Fulgurex ou Roco, les Allemands Bing, Carette ou Schöner et les italiens Rivarossi ou Lima.

Mais tous s'accordent pour estimer que la marque allemande Märklin est celle de référence, celle qui cote le plus. Généralement, les rails, les accessoires et les wagons de voyageurs sont les lots les moins chers, mais rarement sous les 350 euros, même pour les modèles récents. S'il s'agit d'un circuit complet, compter au moins le double pour les marques les moins recherchées, cinq fois plus pour Märklin.

LES PRIX: Les modèles d'avant 1925 sont très rares, et sont surtout appréciés pour leur aspect décoratif s'ils sont en bon état, même s'il s'agit d'un wagon seul: autour de 2.000 euros. Jusqu'aux années 1950, ce sont les locomotives et les trains entiers qui attirent les collectionneurs: entre 1.000 et 3.500 euros.Les amateurs les plus acharnés sont ceux qui sont nés après 1950, car ils souhaitent retrouver leurs souvenirs d'enfance: les prix (entre 250 et 1.000 euros pour une pièce courante) s'envolent, en particulier pour les modèles plus rares, les circuits entiers et les accessoires accompagnés de leurs emballages d'origine. Une assez courante loco DB trois éléments Märklin, a été adjugée 2.250 euros, une encore plus banale BB en métal vert de la même marque 1.300 euros, un wagon à essieux Jamaïca 780 euros ou un autorail Flying Hamburger 2.000 euros. Plus rares, une grue portique bleue a atteint 2.800 euros, un wagon restaurant intérieur aménagé 3.700 euros, une loco crocodile des années trente, 6.300 euros, un wagon de métro new yorkais d'entre les deux guerres à toit ouvrant 16.000 euros.

A SAVOIR: Une collection se détermine par l'écartement des rails:
-Le plus rare est le Z, qui représente 9 mm entre les deux rails, une dimension appréciée par certains chefs d'entreprise qui dissimulaient leur circuit dans un tiroir de bureau.
-Les deux tailles les plus courantes sont 0 (33 à 35 mm) pour les anciens modèles et surtout HO (Half zéro, 16,5 mm) pour les trains modernes, dominés par la marque Märklin.
-Plus grands sont I (45 mm), II (57), III (67) et IV (75), souvent des trains d'avant 1940.
Enfin, le type de locomotive en Europe est indiqué en une suite de trois chiffres : Pacific 231 signifie que la locomotive comporte par coté, 2 roues directrices à l'avant, 3 motrices au centre et 1 roue arrière. Les anglo-saxons doublent la mise et parlent par essieu : la même loco Pacific 231 s'appelle 462 aux Etats-Unis...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :