Paris termine stable

 |   |  363  mots
La Bourse de Paris termine la journée quasi-stable, après la publication de statistiques américaines mitigés. Le CAC 40 clôture en baisse de 0,07% à 5.510 points.

Le fabricant d'aluminium Alcan affiche la plus forte baisse du SRD, de 3,60% à 35,62 euros.

La forte baisse de 2% des cours du brut à New York pèse sur les valeurs pétrolières. Total cède 0,18% à 54,50 euros. La société de services para-pétroliers Technip recule pour sa part de 1,45% à 51,15 euros. Quant au groupe spécialisé dans la prospection pétrolière Schlumberger, son titre plonge de 3,40% à 48,26 euros.

Net recul également pour Euronext, qui cède 1,47% à 90,25 euros. Le titre est victime de prises de bénéfices après avoir bien progressé ces derniers jours. Les actionnaires d'Euronext et de la Bourse de New York ont approuvé à la quasi-unanimité leur projet de fusion.

Renault est également dans le rouge, perdant 1,86% à 89,75 euros. Tout comme l'équipementier automobile Faurecia, qui cède 2,83% à 48,15 euros.

Du côté des hausses, Publicis a fait une envolée spectaculaire aujourd'hui à la Bourse de Paris, bondissant de 5,08% à 32,29 euros. C'est la meilleure performance du CAC 40. Le marché salue le rachat de l'américain Digitas pour 1,3 milliard de dollars. Une opération qui renforce les positions de Publicis sur Internet.

Le fabricant de câbles Nexans est également bien orienté, gagnant 4,60% à 92,05 euros. Le groupe va fournir pendant trois ans des câbles au troisième opérateur de réseau d'énergie américain Salt River Project.

EADS, la maison-mère d'Airbus, est dans le vert avec un gain de 2,18% à 25,79 euros. La compagnie australienne Quantas a confirmé l'achat de 8 Airbus A380 pour 2,36 milliards de dollars.

Nette hausse également pour Aéroports de Paris, avec +2,76% à 53,90 euros. Le nombre de passagers transportés a augmenté de 5% en novembre, après une hausse de 6,1% en octobre.

La spéculation repart sur Suez qui gagne 2,06% à 38,57 euros. Selon Le Figaro, François Pinault envisagerait une OPA sur Suez. Mais il ne conserverait que la division eau et propreté. Le reste, la partie énergie, serait revendu à Gaz de France, avec qui Suez doit en principe fusionner. François Pinault s'est refusé à tout commentaire. Tout comme le président de Suez Gérard Mestrallet. Gaz de France monte également de 1,60%, à 34,23 euros.

A suivre demain en France les prix à la production et les dépenses de consommation des ménages de novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :