Trois milliards d'abonnés au mobile sur Terre en 2007

 |   |  409  mots
La demande de téléphones mobiles dans les pays émergents est telle que, selon Nokia, la barre des trois milliards d'abonnés va être franchie avec un an d'avance sur les prévisions.

Il est une donnée passée un peu inaperçue dans le communiqué de Nokia publié ce matin: le monde comptera 3 milliards d'abonnés au téléphone mobile en 2007, selon le premier fabricant de portables, alors que ce dernier s'attendait à ce que cette barre symbolique soit dépassée en 2008 seulement.

Grâce à qui, cette accélération? Aux pays émergents. La Chine est désormais le premier marché mondial avec 460 millions d'abonnés et le gouvernement de Pékin prévoit que 1 milliard de ses compatriotes seront abonnés en 2010. Tous les neuf mois, c'est l'équivalent d'un marché comme la France qui se crée. Au troisième trimestre, selon l'institut Gartner, les ventes en Asie ont bondi de 55%. Celles en Afrique, en Europe de l'Est et au Moyen-Orient ont grimpé de 19% contre seulement 1,9 % pour l'Europe de l'Ouest.

Les pays émergents sont donc désormais l'Eldorado des fabricants de mobiles. Tous racontent l'histoire de ces pêcheurs nigérians qui, grâce à leurs mobiles, peuvent recevoir le cours du poisson de plusieurs ports par SMS et ainsi optimiser leur vente. Mais seuls deux groupes ont vraiment la taille pour attaquer les marchés émergents: Nokia et Motorola.

Le Finlandais tient la corde pour l'instant. Mais l'Américain a annoncé hier une réponse à la mesure de l'enjeu: il commencera à vendre en Inde son fameux Motofone le mois prochain. Il s'agit d'un téléphone au design moderne puisqu'il est ultra-fin. Son épaisseur n'est que de 8 millimètres. Et il ressemble au succès planétaire de Motorola, le Razor, vendu à plus de 50 millions d'exemplaires. Le groupe d'Ed Zander n'a pas communiqué son prix de vente mais il devrait être faible.

Motorola s'est organisé pour pouvoir construire des téléphones dont le coût de revient est proche de 30 dollars. L'Inde est un pays très prometteur puisque, comme en Chine, il y a plus d'abonnés au mobile qu'au téléphone fixe. Souvent, les réseaux filaires n'ont pas été construits. En quelque sorte, les pays émergents ont sauté une étape. Certes, la marge de ces "Logan du téléphone" est inférieure à celle des "Rolls du mobile" vendus en Europe mais les fabricants veulent s'installer dans les pays pour profiter du remplacement qui aura lieu inexorablement dans quelques années. Nokia a néanmoins annoncé qu'il prévoyait une nouvelle baisse du prix moyen de vente de ses portables l'an prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :