La commande de Lufthansa et les demandes de compensations sur l'A380 mettent Airbus sous pression

 |   |  599  mots
La compagnie aérienne allemande vient d'acheter le Boeing 747-8, un mauvais coup pour l'Airbus A380. Parallèlement, Airbus affronte les demandes de compensations des compagnies aériennes, notamment Thai et l'indienne Kingfisher, face aux retards de son très gros porteur.

EADS, la maison-mère d'Airbus, a beau avoir décidé de lancer l'Airbus A350 XWB (pour extra wide body, fuselage très large) face au Boeing 787, elle n'est pas au bout de ses peines. La méga-commande annoncée mercredi soir par Lufthansa, traditionnel client d'Airbus, a de quoi l'inquiéter.

En effet, afin de renouveler sa flotte long-courrier, la compagnie aérienne allemande a passé une commande de 6,9 milliards de dollars portant sur 20 Boeing 747-800, la version allongée du gros porteur de l'avionneur américain, (assortie d'une option sur 20 appareils supplémentaires). Certes, elle a aussi acheté sept Airbus A340-600.

Mais cette décision représente un camouflet pour le concurrent du super jumbo américain, l'A380 d'Airbus, dont les retards successifs ont plongé l'avionneur et sa maison mère EADS dans la crise. Et ce, d'autant plus que Lufthansa est le premier client européen pour le super jumbo A380 avec une commande ferme de 15 avions et une option sur cinq autres.

Lufthansa offre même à Boeing sa première commande pour la version passagers de son 747-800, qu'il n'avait vendu pour l'instant que dans ses versions cargo et affaires.

Du coup, à un mois de la fin de l'année, avec la commande de Lufthansa, Boeing affiche 843 commandes fermes d'appareils commerciaux, contre 642 pour son rival européen, ce qui lui permet d'espérer regagner son titre de numéro un mondial en commandes.

Pour ne rien arranger, Airbus reste empêtré dans le problème des retards de l'A380. Il a dû se fendre d'excuses publiques auprès de la compagnie aérienne thaïlandaise Thai Airways et du peuple thaï. Mais Thai veut obtenir des compensations financières et menace sinon d'annuler sa commande d'A380. Airbus doit aussi faire de même avec la compagnie aérienne indienne Kingfisher, la seule du pays à avoir acheté des A380.

Le programme A380 poursuit toutefois sa route, malgré ses retards. La certification de l'avion a été fixée au 12 décembre prochain. De son côté, Boeing annonce que le développement du B787, malgré quelques problèmes techniques, se poursuit conformément au calendrier et que l'appareil sera prêt pour son premier vol d'essai prévu l'an prochain ainsi que pour sa première livraison commerciale en 2008.


Délit d'initiés autour d'EADS : l'enquête concernerait plus de 800 personnes
Selon le journal Le Monde, l'enquête de l'Autorité des marchés financiers (AMF) sur de possibles délits d'initiés au sein du groupe d'aéronautique et de défense EADS concerne plus de 800 personnes ayant "effectué des ventes qui suscitent des interrogations". L'enquête avait été déclenchée par la vente de stock-options par des dirigeants du groupe et par ses deux grands actionnaires privés (Lagardère et DaimlerChrysler) avant l'annonce en juin des retards de livraisons de l'A380, qui avait fait plonger le cours de Bourse de 26%. Selon le journal, le gendarme boursier français "a pu constater que des ventes sont intervenues dès l'automne 2005, sans pour autant affirmer qu'elles étaient réalisées grâce à des informations privilégiées". Des perquisitions ont bien été effectuées chez Airbus cette semaine, a indiqué à l'AFP(Agence France Presse) une source proche du dossier, confirmant des informations du Monde. Parallèlement à l'enquête des autorités financières, une information judiciaire contre X pour "délit d'initié, diffusion de fausses informations et recel sur le titre de la société" a été ouverte fin novembre par le parquet de Paris et confiée aux juges d'instruction Philippe Courroye et Xavière Simeoni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :