Le déficit de la balance des paiements courants française se creuse

 |   |  330  mots
Le déficit de la balance des transactions courantes de la France s'est établi à près de 4 milliards d'euros en juillet. En cause, le recul des exportations tricolores alors que les importations ont quant à elles progressé.

Pour le mois de juillet, la balance des transactions courantes française accuse un déficit de 3,96 milliards d'euros, en données corrigées des variations saisonnières (CVS). Les chiffres provisoires de la Banque de France dévoilés ce matin par le ministère de l'Economie et des Finances indiquent une nette dégradation de l'équilibre des paiements courants. Cette estimation vient clore une période de trois mois dans le rouge, après un déficit révisé de 773 millions d'euros pour le mois de juin et de 2,189 milliards d'euros en mai.

La situation constatée en juillet est attribuée "à l'effet d'un recul des exportations alors que les importations continuent de progresser", explique le ministère. La balance des paiements courants présente l'état complet des transactions de l'Hexagone avec le reste du monde et permet notamment d'évaluer les transactions liées au commerce des biens et services, de même qu'aux revenus et transferts d'investissements.

Ainsi, le solde des échanges de services hors voyages, qui était revenu à l'équilibre en juin, est à nouveau déficitaire en juillet en données CVS, à -0,4 milliard d'euros. Les flux de voyages restent stables en données CVS sur les trois derniers mois, le solde s'établissant à 0,7 milliard. L'excédent des revenus fléchit lui de plus de 1 milliard d'euros en juillet à 1,4 milliard, "en raison d'une baisse marquée des recettes en provenance de l'étranger", selon le ministère. En revanche, les transferts nets courants à destination de l'étranger, qui avaient baissé en juin à 1,3 milliard d'euros, retrouvent en juillet un "niveau élevé, proche de 2 milliards".

Le solde des investissements directs s'inverse en juillet à -2,5 milliards contre 2,4 milliards en juin, plombé par une diminution des investissements étrangers en France. Ceux-ci passent en effet du montant record de 8,9 milliards d'euros en juin au niveau plus habituel de 2,3 milliards pour le mois de juillet. Les investissements nationaux à l'étranger retombent à 4,8 milliards d'euros en juillet contre 6,5 milliards en juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :