L'Opep table sur un ralentissement de la demande de brut en 2007

 |   |  409  mots
L'Opep prévoit que la demande pétrolière augmentera plus lentement en 2007 que cette année. Un phénomène dû au ralentissement de la croissance mondiale et des prix records du baril.

A en croire l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la demande de brut ralentira en 2007. Selon le rapport mensuel de l'Opep publié aujourd'hui à Vienne, la demande pétrolière mondiale en brut augmentera l'an prochain de 1,3 million de barils par jour (mbj), contre 1,4 cette année. Avec une croissance de 1,3 mbj, la demande s'établirait au total à 85,9 millions de barils par jour en 2007 contre 84,6 en 2006.

Par ailleurs, les prix du brut devraient également être plus modérés en 2007. Tout dépendra bien sûr des tensions géopolitiques qui ont un impact sur les prix, estime l'organisation (voir ci-contre). L'augmentation prévue des capacités de production de l'Opep, ainsi qu'un recul de la demande du brut fournit par le cartel devrait engendrer cette modération des cours. En effet, la demande pour le seul brut du cartel diminuerait selon les estimations de l'Opep, de 700.000 barils par jour à 28,3 millions.

Au niveau des cours, après avoir atteint un record historique à la hausse en début de matinée en raison de l'aggravation des tensions au Proche-Orient, lundi soir, le prix du pétrole reculait. Une inversion de tendance aprés les déclarations d'un haut gradé israélien qui a estimé en début d'aprés midi, que l'offensive au Liban pourrait prendre fin rapidement d'ici quelques jours. Le baril de Brent de la mer du Nord qui avait atteint en matinée un nouveau record historique à 78,18 dollars, battant de quelques cents le record de vendredi à 78, 03 dollars, cédait 1,22 dollars. Il est retombé après cette déclaration à 76,23 dollars à 18H00. Sur le New York Mercantile exchange, le baril de brut léger américain reculait pour sa part de 1,43 cents à 75,60 dollars.

Cette prévision de l'Opep semble toutefois contradictoire avec la projection faite par l'AIE (Agence internationale de l'énergie), qui table pour sa part sur une accélération de la croissance de la demande en 2007, par rapport à 2005 et 2006. Selon l'agence, qui a publié son rapport mensuel de juillet, la demande en 2007 devrait croître de 1,8%, à 86,4 millions de barils par jour (mbj), soit une accélération après une croissance de 1,4% en 2006 et de 1,3% en 2005.

L'AIE a par ailleurs indiqué, qu'elle était prête à recourir rapidement à ses stocks de pétrole en cas de rupture d'approvisionnement liée à l'escalade du conflit au Proche-Orient. Une déclaration faite en fin d'aprés-midi par Claude Mandil, directeur exécutif de l'agence internationale de l'énergie à l'AFP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :