Borloo pronostique une "baisse sensible" des prix dans l'immobilier

 |   |  301  mots
Le ministre du Logement et de la Cohésion sociale prédit la fin de la flambée dans l'immobilier, avec une diminution significative des prix d'ici deux à trois ans. Jean-Louis Borloo attribue cette baisse à l'augmentation de l'offre de logements, dont 430.000 auront été mis en chantier sur les douze derniers mois.

Voilà une prédiction qui devrait réjouir les locataires et faire grimacer les ménages devenus récemment propriétaires. D'ici deux à trois ans, les prix de l'immobilier devraient connaître en France une "baisse sensible", prophétise le ministre du Logement et de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo. S'exprimant en marge d'une audition à l'Assemblée nationale, le ministre a annoncé le retour à "un marché normal", permis notamment grâce à l'augmentation de l'offre de logements. Un assouplissement des tensions sur les prix susceptible de bénéficier "à tout le monde", à l'exception de "quelques micro-marchés", a-t-il ajouté.

D'après un document du ministère, c'est "la relance de la constrution" qui "porte ses fruits". Sur les douze derniers mois, 430.000 logements ont été mis en chantier contre 310.000 en 2002. Les prix à la vente sont désormais "à la baisse", signale le document, "et la hausse des loyers constatée est la plus faible depuis 1999".

Par rapport au coût des loyers, le ministre observe un "ralentissement de la hausse", voire même des baisses dans certaines régions de l'Hexagone qui devraient permettre de revenir à "des prix normaux" comparables à ceux pratiqués en Belgique et en Allemagne.

Depuis l'année dernière, le marché immobilier présente en effet certains signes laissant présager d'une éventuelle sortie d'une phase euphorique entamée il y a de cela cinq ans. C'est ce que peut tout du moins laisser penser l'évolution de la hausse des prix observée en 2005. Selon des chiffres publiés par la Fnaim (Fédération nationale de l'immobilier), ils ont marqué un ralentissement très sensible l'année dernière, progressant de 10,3%, contre 15,5% en 2004. A titre de comparaison, les prix au mètre carré avaient progressé de près de 63% sur les quatre années précédentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :