Soporifiques, les sessions au parlement européen...

 |   |  299  mots
A tel point qu'il faut payer les journalistes pour qu'ils aillent y assister à Strasbourg. Le Herald Tribune s'en émeut avec raison. Mais les Etats-Unis ont eux aussi leur part de scandales.

Les sessions du parlement européen sont tellement ennuyeuses qu'il faut payer les journalistes pour qu'ils y assistent! L'affaire n'est pas nouvelle, mais elle permet sans doute à un quotidien américain, l'International Herald Tribune, qui a publié ces derniers jours un article sur les avantages des journalistes couvrant l'Europe - sans oublier de mentionner au passage ceux des membres du Parlement - d'enfoncer le clou: décidément, pour les Américains, qui se méfiaient déjà de l'euro avant son avènement, l'Europe, qui n'arrive pas à se construire correctement, n'est rien d'autre qu'une grande gabegie!

Certes, les Américains ont raison: financer tous les mois le voyage d'une soixantaine de journalistes en train (en première classe) ou offrir un billet d'avion (en classe tourisme) de n'importe quelle ville de l'Union à 25 et subventionner les frais d'hôtel pour qu'ils s'installent, l'espace de quelques heures, à Strasbourg, où se tiennent les sessions parlementaires, revient en effet à "acheter" la presse. Le Parlement européen pourrait-il faire autrement? Peut-on, comme certains le souhaitent depuis des années d'ailleurs, regrouper toutes les activités européennes à Bruxelles et éviter ainsi les allers et venues? Peut-être. Une telle décision ne réglerait toutefois pas un problème de fond: l'aridité des débats. Car construire l'Europe tous les jours n'a finalement rien de sexy.

Les Américains ont mis sur pied leur propre fédération il y a 230 ans. Et ils n'ont toujours pas de quoi pavoiser - en matière de largesses vis à vis de la presse, s'entend. Les récents scandales sur le lobbying envers les politiciens de Washington ou les manipulations de l'administration Bush vis à vis des médias afin d'acquérir le soutien de la population pour la guerre en Irak sont là pour le rappeler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :