Bruit des avions à Roissy : nouvelle enquête publique

Le plan d'exposition au bruit de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle fait l'objet d'une nouvelle consultation publique. 127 communes d'Ile-de-France sont concernées.

Qui souffre du bruit des avions qui décollent et atterrissent à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle (CDG), détenu par Aéroports de Paris (ADP) au nord de la capitale? C'est ce que vont tenter de déterminer les pouvoirs publics en lançant une nouvelle enquête publique. La Préfecture de la région d'Ile de France annonce en effet que le projet de révision du PEB, Plan d'exposition au bruit de l'aérodrome Paris Charles-de-Gaulle, est ouvert à enquête publique du 30 octobre au 8 décembre 2006.

Cette enquête concerne 127 communes de l'Ile-de-France réparties dans cinq départements: 69 dans le Val d'Oise, 47 en Seine-et-Marne, 7 en Seine Saint-Denis, 2 dans les Yvelines et 2 dans l'Oise. La préfecture de la région Ile de France précise que "le PEB est destiné à encadrer l'urbanisation, en limitant les droits à construire dans les zones de bruit au voisinage de l'aérodrome".

Mais elle ajoute immédiatement: "néanmoins, s'il est préventif, s'il restreint le droit à construire dans des zones susceptibles d'être exposées à un certain niveau de pollution sonore, il n'a en revanche, aucune conséquence sur les constructions existantes et les populations déjà installées." Et elle rappelle que "le PEB approuvé actuel date de 1989".

Ce sujet du bruit des avions est particulièrement sensible. Il déchaîne fréquemment la colère d'association de riverains des aéroports ou de personnes habitant sous les zones où les avions sont en approche (ou en phase de décollage) de l'aéroport, voire en attente d'un créneau d'atterrissage (un "slot" disent les techniciens), c'est-à-dire au moment où leurs moteurs sont les plus bruyants et où les appareils volent bas.

Les pouvoirs publics - et Aéroports de Paris - craignent comme la peste ces mouvements de protestation contre le bruit des avions, toujours très médiatiques. Certains aéroports en Europe ont vu leur développement freiné en raison de tels problèmes. Mais dans le cas de Roissy, initialement situé en plein milieu des champs de betteraves, loin de zones habitées, la question se pose sur les permis de construire délivrés ces dix à vingt dernières années par les communes situées à faible distance de la plate-forme aéroportuaire alors que l'on savait, avec une croissance du trafic aérien de quelque 5% par en en moyenne, qu'elle allait se développer. D'autant que Paris Orly au Sud est lui, depuis longtemps, un aéroport entouré d'agglomérations.

La direction d'Aéroports de Paris rappelle volontiers que Roissy génère plusieurs dizaines de milliers d'emplois directs et bien davantage d'emplois indirects... parfois, sinon souvent, aux bénéfices des mêmes personnes qui protestent contre le bruit des avions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.