Malgré le chômage en baisse, les Français broient du noir

 |   |  267  mots
Alors que le taux de chômage a une nouvelle fois reculé en septembre pour s'inscrire à 8,8%, les Français sont pessimistes sur les perspectives du marché de l'emploi. L'opportunité d'épargner se fait plus forte, ce qui est de mauvais augure pour la consommation à venir.

Voilà qui détone après les excellents chiffres du chômage publiés hier soir. Le moral des ménages français s'est légèrement replié en octobre, l'indicateur le mesurant s'établissant à -21 points contre -20 points en septembre, en données corrigées des variations saisonnières.

L'amélioration continue du marché de l'emploi depuis plusieurs mois laisse de marbre les ménage français. Le solde d'opinion sur l'évolution du chômage se dégrade pour la première fois depuis le mois d'avril. "Les ménages sont aussi légèrement plus pessimistes sur leur capacité future à épargner", souligne l'Insee dans sa note de conjoncture. En revanche, ils estiment davantage opportun d'épargner actuellement. Voilà qui est de mauvais augure pour la consommation à venir. "Alors que le taux d'épargne a reculé d'un point en un an, un changement des comportements pourrait porter un coup dur au principal moteur de croissance française", indique Sylvain Broyer, économiste chez Ixis.

Par ailleurs, malgré une inflation de 1,2% seulement en septembre, les soldes relatifs à la situation financière personnelle passée et à venir se dégradent de 2 points chacun. "Alors même que le chômage baisse et que les prix des carburants diminuent un peu", souligne Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès. Deux explications: d'une part la hausse des salaires n'accompagne pas le recul du chômage, sauf dans certains secteurs comme l'informatique, d'autre part la dualité du marché de l'emploi, avec de nombreuses embauches en CDD, laisse planer un doute sur la pérennité de l'amélioration de l'emploi en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :