Nouveau recul du moral des ménages en avril

 |   |  323  mots
L'amélioration des chiffres du chômage, avec 30.900 chômeurs de moins en mars, ne se traduit pas encore par une remontée de l'optimisme des Français. L'indicateur du moral des ménages a en effet reculé d'un point ce mois-ci, passant de -26 à -27.

C'est une nouvelle baisse qu'a enregistrée le moral des ménages en avril. Selon les chiffres publiés ce matin par l'Insee, l'indicateur résumé en données corrigées des variations saisonnières s'est établi à -27, contre -26 en mars.

Cette performance est un peu décevante: les économistes sondés par l'agence Reuters avaient anticipé un statu quo en avril, à -26. Il semblerait, en fait, que l'effet CPE ait continué à faire sentir ses effets. Au mois de mars, la crise suscitée par le Contrat Première Embauche battait son plein et avait contribué au repli du moral des ménages à -26, après -24 en février. La fin de la crise, dans le courant du mois d'avril, n'a sans doute pas suffi à faire remonter la confiance des Français. Le point bas du moral des ménages, dans la période récente, avait été atteint en novembre, en pleine crise des banlieues, avec un indicateur tombé à -33.

Au mois d'avril, la seule composante de l'indicateur qui enregistre une nette dégradation est celle des perspectives d'évolution du niveau de vie, qui passe de -38 à -41.

A l'inverse, les Français commencent à avoir une vision un peu plus positive des perspectives en matière d'emploi. Après avoir reculé en mars, leur opinion sur la question du chômage se redresse: le solde des Français qui croient à une augmentation du chômage tombe de 41 à 29.

C'est là la principale information positive de cet indicateur: la crainte du chômage, traditionnellement le principal facteur d'inquiétude des Français, commence à reculer légèrement. A cet égard, les chiffres publiés hier soir sur le chômage en France au mois de mars, qui témoignent d'une baisse de 30.900 du nombre des chômeurs le mois dernier, avec un repli plus marqué pour le chômage des jeunes, devraient conforter cette amélioration du sentiment des ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :