Décélération de l'indice ISM manufacturier en mars

 |  | 280 mots
Lecture 1 min.
La croissance du secteur industriel a marqué un ralentissement le mois dernier outre-Atlantique, avec le recul à 55,2 de l'indice ISM contre 56,7 le mois précédent. Une déception en partie compensée par la statistique sur les dépenses de construction.

Petit bémol dans la flopée de statistiques meilleures que prévu annoncées chaque semaine aux Etats-Unis. L'indice composite d'activité du secteur industriel, calculé par le groupement national des directeurs d'achats des entreprises du secteur (ISM), a reculé à 55,2 en mars contre 56,7 en février. Les analystes du consensus recueilli par l'agence Bloomberg tablaient sur un indice à 57,7. Une déception toute relative cependant, puisqu'un niveau supérieur à 50 de l'indice ISM reflète une augmentation de l'activité industrielle.

L'indice mesurant l'emploi a reculé à 52,5 en mars contre 55 le mois précédent. Celui des commandes a également baissé à 58,4 contre 61,9 en février. L'indice des stocks a un peu reculé à 48,7 contre 49,6 en février. Enfin, le rapport souligne que l'investissement des entreprises recule après une forte accélération durant les quatre derniers mois de 2005.

Il faut dire que les coûts de production augmentent et pèsent sur les budgets. De fait, la composante prix de l'indice gagne 4 points, reflétant la hausse du prix de l'énergie et des métaux. Une inflation qualifiée d'"inquiétude majeure" par Norbert Ore, président du comité de surveillance de l'ISM-industrie. "Cette progression reste néanmoins très en deçà de celle de l'après ouragans à l'automne dernier", nuance Michael Carey, économiste chez Calyon aux Etats-Unis.

La déception provoquée par cette publication a été en partie compensée aujourd'hui par celle des dépenses de construction. Les chiffres publiés par le département américain du Commerce ont été meilleurs que prévu. Alors que les économistes s'attendaient à une augmentation de 0,5%, les dépenses de construction aux Etats-Unis ont progressé de 0,8% en février par rapport à janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :