L'OCDE juge inadaptées les politiques économiques européennes

 |   |  269  mots
Le chef économiste de l'organisation internationale Jean-Philippe Cotis a fustigé ce matin les politiques fiscales et sociales des pays européens, susceptibles de brider la croissance.

Les politiques économiques des pays européens sont inadéquates: c'est ce qui ressort principalement des propos tenus par Jean-Philippe Cotis lors d'un colloque ce matin, à la veille de la publication des prévisions de croissance de l'OCDE. "A l'OCDE, nous sommes inquiets des perspectives de croissance de l'Europe; nous sommes inquiets parce que cette faible croissance est selon nous essentiellement attribuable aux politiques macroéconomiques et sociales inappropriées", a déclaré le chef économiste de l'organisation internationale.

Les accusations se sont faites plus précises lorsque Jean-Philippe Cotis a fustigé les pays européens pour leur manque de rigueur budgétaire pendant les années fastes, qui leur aurait pourtant permis une plus grande souplesse en des temps plus difficiles. La politique sociale n'est pas en reste: plusieurs gouvernements ont fait les mauvais choix pour stimuler le marché du travail, comme de décourager le travail des seniors pour faire de la place pour les jeunes, ou de réduire le temps de travail pour en faire profiter le plus grand nombre.

Parallèlement à ces déclarations, le directeur général du Fonds monétaire international, Rodrigo Rato, a salué ce matin à Vienne le resserrement des politiques monétaires dans le monde, tout en appelant la Banque centrale européenne (BCE) à veiller à ne pas menacer la reprise de la croissance dans la zone euro. Malgré la flambée du pétrole et la hausse des taux d'intérêt, la Commission européenne et la Banque Centrale européenne anticipent un taux de croissance de 2,1% dans la zone euro en 2006, contre le faible 1,3% de l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :