Rechute des embauches aux Etats-Unis en avril

 |   |  299  mots
Après 200.000 recrutements en février puis en mars, l'économie américaine a créé 138.000 emplois en avril. Un chiffre bien inférieur aux attentes, alors que le taux de chômage reste stable à 4,7%, conformément aux anticipations.

Nul doute que la hausse des taux d'intérêt et la flambée du prix de l'énergie commencent à peser sur le budget des entreprises américaines. Alors que les économistes du consensus recueilli par Dresdner s'attendaient à 200.000 créations d'emplois en avril, de même que les deux mois précédents, les entreprises n'ont procédé qu'à 138.000 recrutements. Il faut remonter à octobre dernier, mois encore marqué par le contrecoup de l'ouragan Katrina dans le sud-est des Etats-Unis, pour retrouver un niveau plus faible de créations d'emplois. La déception est d'autant plus cuisante que le département du Travail a revu à la baisse les estimations des deux mois précédents, qui étaient jusqu'alors de 211.000 et 225.000.

En revanche, le chômage est resté stable à 4,7%, comme prévu par le consensus. "Pas question d'aller s'imaginer que le marché du travail est en train de se retourner: cette statistique est très volatile; la tendance reste très positive avec 200.000 créations de postes en moyenne mensuelle sur six mois et les autres indicateurs suggèrent un renforcement du marché de l'emploi au mois d'avril", souligne Richard Iley, économiste chez BNP Paribas.

Enfin, le salaire horaire a grimpé de 0,5% contre 0,3% attendu par les économistes, soit une progression annuelle de 3,8%, le plus haut niveau depuis août 2001. Mais difficile de savoir si le marché du travail atteint la zone de surchauffe tant redoutée par la Réserve Fédérale (Fed). "Nous attendons des taux à 5% prochainement, mais la Fed devrait arbitrer en faveur du statu quo la semaine prochaine", estime Richard Iley. De son côté, Mitul Kotecha, chez Calyon, estime que la Fed procédera à un dernier tour de vis de sa politique monétaire mercredi prochain. Un avis partagé par la majorité de ses confrères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :