Ben Bernanke laisse entrevoir de nouvelles hausses des taux

 |   |  380  mots
Le nouveau président de la Réserve fédérale affirme sa confiance dans le dynamisme de l'économie américaine. Il met toutefois en garde contre la hausse des prix, liée principalement à ceux de l'énergie. Le risque inflationniste pourrait donner lieu à de nouvelles hausse des taux directeurs de la Fed.

Pour sa première prestation devant le Congrès américain, Ben Bernanke, le nouveau président de la Réserve fédérale américaine, a montré son optimisme vis-à-vis de la croissance de l'économie américaine. "La croissance économique reste sur une bonne voie", a expliqué Ben Bernanke lors de sa première audition semestrielle sur la politique monétaire américaine devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants.

Toutefois, tournant à plein régime, l'économie américaine est gourmande en ressources naturelles. Or, tandis que les prix de l'énergie restent très élevés et que la demande des consommateurs demeure également très forte, le risque inflationniste se fait menaçant. "Il y a un risque qu'avec une demande qui montre un élan considérable, la production ne dépasse un rythme tenable, et ne débouche au final - en l'absence d'action de politique monétaire qui compense cela - sur de nouvelles tensions inflationnistes", a déclaré le président de la Fed. Pour contrer ce risque, celle-ci pourrait alors procéder à de nouvelles hausses de ses taux directeurs.

Ben Bernanke, pour sa toute première intervention officielle, a ainsi confirmé la tendance qui avait été impulsée par son illustre prédécesseur, Alan Greenspan. Ce dernier avait annoncé un relèvement des taux directeurs de la Fed d'un quart de point, lors de sa dernière intervention, le 31 janvier 2006. Les taux avaient été ainsi relevés pour la quatorzième fois consécutive, à 4,5%.

Au vu du discours de Ben Bernanke, en ligne avec les précédents discours de la Fed, les économistes semblent s'attendre à une remontée des taux en mars, comme cela était déjà anticipé auparavant. Cette déclaration de Ben Bernanke "semble nous garantir une hausse de taux en mars", selon l'économiste Kevin Logan, de Dresdner Kleinwort Wasserstein, interrogé par l'agence Reuters. "Ensuite ce sera fonction des statistiques mais avec, semble-t-il, un biais vers de nouvelles hausses", ajoute l'économiste.

Les marchés, qui étaient attentistes et prudents juste avant l'intervention de Ben Bernanke, réagissent favorablement au discours du président de la Fed. Alors qu'il avait ouvert en repli, le Dow Jones progresse de 0,26% à 11.056,88 points, vers 16h15.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :