La demande de pétrole progressera encore en 2007

 |   |  377  mots
Selon l'Agence internationale de l'énergie, la croissance de la demande devrait encore accélérer en 2007. Mais comme la production devrait augmenter encore plus vite, les tensions du marché pétrolier pourraient en fait décroître.

La demande mondiale de pétrole va augmenter l'année prochaine, mais la production enregistrera une croissance encore un peu plus soutenue, ce qui atténuera la pression sur le marché: c'est ce qu'affirme l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport mensuel publié aujourd'hui.

Selon l'AIE, la demande de pétrole enregistrera une croissance de 1,57 million de barils par jour (bpj) l'année prochaine, contre une augmentation de 1,21 million cette année. La demande quotidienne s'établirait ainsi à 86,4 millions de bpj en 2007. Pour ce qui est de 2006, l'agence a très légèrement revu en baisse sa prévision. Elle table désormais sur une croissance de la demande de brut de 1,4%, à 84,8 millions de bpj, contre une prévision préalable de 1,5% à 84,9 millions de bpj.

La soif mondiale de pétrole ne donne donc aucun signe de ralentissement, bien au contraire. Elle devrait continuer à être stimulée, l'année prochaine, par le niveau très soutenu de la croissance mondiale. L'économie américaine a crû au premier trimestre de l'année sur un rythme annuel de 5,6%, et des pays comme la Chine et l'Inde voient leurs besoins énergétiques exploser.

Si cette demande accrue a fortement contribué à l'envolée des prix du brut observée depuis le début de l'année, la poursuite de l'augmentation de la demande ne produira pas forcément les mêmes effets l'année prochaine. Selon l'AIE, en effet, l'offre de brut devrait elle aussi s'inscrire en hausse en 2007, et sur un rythme un peu supérieur à la demande.

L'agence internationale estime que l'offre de but augmentera l'année prochaine de 1,7 million de bpj, contre une augmentation de 1,1 million en 2006. Ce qui devrait donc contribuer à atténuer la pression sur les prix. Un phénomène qui devrait résulter tant de l'augmentation de la production des champs existants que du début de l'exploitation de nouveaux champs.

De ce fait, estime l'AIE, même si la toile de fond géopolitique demeure incertaine, la situation devrait être un peu plus confortable l'année prochaine. En conséquence, la demande de brut adressée aux membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) devrait s'effriter en 2007, reculant sur un an de 28,8 millions de bpj à 28,4 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :