La grève au Chili met de nouveau le cuivre sous pression

 |   |  373  mots
Les salariés en grève de BHP Billiton dans la première mine du monde, au Chili, ont donné une fin de non-recevoir à la proposition salariale de la compagnie minière anglo-australienne, où la production a malgré tout repris à 40-60% de la capacité. Après avoir doublé depuis un an, le cuivre grimpe de nouveau aujourd'hui.

La plus grande mine de cuivre du monde a du mal à sortir des difficultés sociales dans lesquelles elle se trouve empêtrée depuis le 7 août. En grève depuis cette date, les mineurs de la mine d'Escondida ont repoussé hier une nouvelle proposition du groupe anglo-australien BHP Billiton. L'offre consistait en un réajustement salarial de 4% au-dessus de l'inflation et une prime de près de 18.000 dollars versée à chaque mineur.

Or, les revendications des salariés portent sur une augmentation salariale de 13%, réduite mercredi à 10%, plus une prime de fin de conflit de 30.000 dollars. Une demande motivée en particulier par les excellents résultats du groupe, dopés par la flambée du cuivre. BHP devrait présenter des résultats semestriels sans précédents mercredi prochain. Ce qui ne manquera pas de raviver la colère des 2.052 mineurs syndiqués.

La production a néanmoins redémarré aujourd'hui à la mine, après une reprise des négociations salariales avec les grévistes. "La mine est de nouveau active et fonctionne à 40-60% de sa capacité", a déclaré la porte-parole de BHP. Le groupe avait suspendu la production et les négociations à Escondida lorsque des grévistes avaient bloqué l'accès routier à la mine. La loi chilienne autorise la direction de la mine à faire appel à de la main d'oeuvre intérimaire pour remplacer les grévistes.

"L'offre de BHP est toujours insuffisante, d'autant que le groupe devrait annoncer d'excellents résultats cette semaine", indique ainsi Jonathan Barratt, gérant chez Tricom Futures Pty, interrogé par l'agence Bloomberg, "les salariés vont demander davantage". La pression exercée sur BHP pour une accélération des négociations devrait se faire chaque jour un peu plus forte. Le conflit coûte quotidiennement 16 millions de dollars de bénéfices aux propriétaires de la mine, à savoir BHP Billiton, principal actionnaire du site, mais aussi le britannique Rio Tinto et le japonais Mitsubishi Group.

La mine Escondida a fourni 8,5% de la production mondiale de cuivre l'an dernier. Après avoir doublé en un an, notamment sous le coup de la poussée de la demande chinoise, le prix du cuivre gagnait 170 dollars cet après-midi à 7.620 dollars la tonne à Londres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :