La production industrielle américaine en pleine forme

 |   |  316  mots
Dopée aussi bien par la demande domestique que par les commandes étrangères, la production industrielle américaine a gagné 0,6% en mars. Mais l'augmentation du taux d'utilisation de la capacité industrielle induit des risques inflationnistes.

C'est une impression de sans faute que laisse la brassée d'indicateurs économiques américains de ces derniers jours. Après les excellents chiffres de la consommation et du moral des ménages publiés hier, la Réserve Fédérale (Fed) a annoncé aujourd'hui une augmentation de la production industrielle de 0,6% en mars aux Etats-Unis, après une hausse de 0,5% le mois précédent. Sur un an, la production industrielle a gagné 3,6% en mars, et sur l'ensemble du premier trimestre, elle a augmenté de 4,5%.

La progression de mars est un peu supérieure aux attentes des analystes du consensus compilé par Bloomberg, qui tablaient sur une hausse de 0,5%. Mais leur satisfaction devrait rester modérée puisque les chiffres des deux mois précédents ont été révisés à la baisse, pour faire apparaître une hausse de 0,5% en février (au lieu des 0,7% annoncés initialement) et une baisse de 0,4% en janvier (au lieu de 0,3%).

La Fed a par ailleurs annoncé une augmentation du taux d'utilisation de la capacité industrielle à 81,3% contre 81% le mois précédent, soit un plus haut depuis cinq ans. Mais la Fed a là aussi révisé à la baisse ses estimations des mois précédents, avec pour février un taux d'utilisation de 81% (et non pas de 81,2% comme annoncé initialement), de 80,7% pour janvier (au lieu de 80,8%) et de 81,1% pour décembre (au lieu de 81,2%).

Cet indicateur est particulièrement scruté par la Fed, gardienne de l'inflation, dans la mesure où des goulets d'étranglement dans la production incitent les entreprises à faire grimper leurs prix. A 81,3%, ce taux atteint un seuil qui n'est plus considéré comme confortable. D'autant que le taux de chômage se trouve lui aussi en-deçà de la limite acceptable. Car par le même mécanisme, les employeurs sont naturellement amenés à augmenter les salaires lorsque le marché du travail est tendu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :