Nouveaux records historiques pour le pétrole

 |   |  416  mots
De nouveaux records historiques ont été battus aujourd'hui sur les marchés pétroliers, tant à Londres qu'à New York. Un regain de tension sur les prix qui résulte de la persistance d'une très forte demande, conjuguée aux crises internationales autour de la Corée du Nord et de l'Iran.

Sur le marché pétrolier de la City de Londres, le prix du baril de Brent (livraison août) a franchi aujourd'hui pour la première fois la barre des 75 dollars, en s'établissant à 75,09 dollars. A peu près au même moment, le baril de "light sweet crude" a également établi un nouveau record à New York, en atteignant le prix de 75,78 dollars, contre un record historique précédent de 75,40 dollars, établi un peu plus tôt cette semaine.

Il n'y a pas de facteur unique particulier pour expliquer cette montée des prix du brut. Pour les analystes, c'est fondamentalement la persistance d'une demande très forte qui dope les cours. L'économie mondiale se porte bien, avec une croissance globale soutenue, notamment dans les pays émergents comme la Chine et l'Inde. En outre, la saison d'été bat son plein aux Etats-Unis, avec une très forte consommation liée aux déplacements automobiles.

Mais le seul jeu de la demande ne suffit pas à expliquer les pointes enregistrées dans les cours du brut. A cet égard, les différentes crises internationales jouent toujours un rôle certain. Actuellement deux foyers de tension focalisent l'intérêt des opérateurs du marché. En Iran, les efforts déployés pour trouver une solution diplomatique à la crise suscitée par les projets de Téhéran en matière nucléaire ne débouchent toujours pas. Plus brûlante encore, l'affaire des missiles tirés par la Corée du Nord suscite également les plus vives inquiétudes. Certes, dans ce cas précis, il n'y a pas de pays producteur de pétrole impliqué dans la crise. Mais la perspective de tensions durables autour des capacités de la Corée du Nord en matière de bombe atomique, impliquant la Corée du Sud, le Japon, la Chine, la Russie et les Etats-Unis, ne peut que peser sur le sentiment du marché.

Reste que, si le pétrole a donc atteint aujourd'hui des prix record en valeur absolue, ce n'est pas le cas en valeur relative, corrigée de l'inflation. Selon les données calculées par l'agence Reuters, le prix moyen du brut depuis le début de l'année 2006 est actuellement d'environ 67 dollars. Ce prix est très supérieur aux 46,07 dollars (en valeur 2005) atteintes en 1974, lors du premier choc pétrolier. Il est en revanche nettement inférieur aux 87,65 dollars de 1980, année du deuxième choc pétrolier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :