L'inflation reste contenue dans la zone euro

 |   |  475  mots
Particulièrement élevée dans les pays de l'Est et l'Espagne, l'inflation a progressé de 2,3% en février dans la zone euro. Elle devrait se rapprocher de la limite fixée par la BCE si les tensions se calment sur le marché pétrolier.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est passé de 2,3% en février 2006 à 2,2% en mars, a annoncé aujourd'hui l'office européen des statistiques Eurostat. La flambée du prix des matières premières n'a donc pour l'heure que peu d'incidence, puisqu'un an auparavant, le taux d'inflation était de 2,1%. En donnée mensuelle, la hausse des prix a été de 0,6% en mars 2006.

Le taux d'inflation se rapproche ainsi de l'objectif visé par la Banque centrale européenne, qui est "moins mais proche de 2%". Même constat pour l'Europe des 25, pour qui le taux d'inflation annuel est passé de 2,2% en février 2006 à 2,1% en mars. Un an auparavant, il était de 2,1% et sur le mois, les prix ont augmenté de 0,5%.

Parmi les principales économies européennes, l'inflation annuelle s'est élevée à 1,7% en France, 1,9% en Allemagne et 2,2% en Italie. La hausse des prix au Royaume-Uni reste également très mesurée (lire encadré ci-dessous). Les taux d'inflation annuels les plus faibles ont été observés en Pologne (0,9%), en Finlande (1,2%), en Autriche (1,3%) et aux Pays-Bas (1,4%). Les plus élevés ont été enregistrés en Lettonie (6,6%), en Slovaquie (4,3%), en Estonie (4,0%) et en Espagne (3,9%).

Pour les deux pays candidats à l'euro pour le 1er janvier 2007, la Slovénie et la Lituanie, les taux moyens d'inflation sur 12 mois sont respectivement de 2,3% et 2,7%. Or la valeur de référence à ne pas dépasser est 2,6%. Pour cette raison, la Lituanie ne devrait pas être qualifiée, d'autant que son inflation devrait encore augmenter, selon les prévisions de la Commission européenne.

L'inflation sous-jacente, hors produits volatils comme les produits frais et l'énergie, a augmenté à 1,3% contre 1,2% souligne Luigi Speranza, chez BNP Paribas. L'économiste explique que cette augmentation est essentiellement due au rebond du prix des textiles après les soldes du mois précédent.

"Mais l'indicateur sous-jacent n'est pas insignifiant dans la mesure où l'inflation des matières premières devrait se faire ressentir sur les autres secteurs dans les prochains mois", estime-t-il. Un avis que partage Syvain Broyer, chez Ixis, qui s'attend à ce que cet indicateur atteigne 2,1% en juin. Mais le taux d'inflation générique devrait selon lui décélérer à 1,9% d'ici septembre, en conformité avec les exigences de la Banque Centrale Européenne (BCE), à condition, bien entendu, que la situation ne s'envenime pas sur le front pétrolier.


Inflation britannique inférieure aux prévisions
Les prix à la consommation en Grande-Bretagne sont repassés en deça de la limite de 2% fixée par la Banque d'Angleterre. L'inflation a augmenté de 0,2% en mars par rapport à février et de 1,8% en glissement annuel, soit le taux le plus bas depuis février 2005. Ce taux est inférieur aux prévisions des économistes, qui tablaient en moyenne sur un taux de 2,1%. Sur un mois, les économistes tablaient sur une progression de 0,4%, soit le double de celle finalement enregistrée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :