Statu quo sur les taux britanniques à sept voix contre une

 |   |  327  mots
Comme prévu, le consensus reste large à la banque d'Angleterre en faveur de la rigueur monétaire. Seul contre tous, Stephen Nickell continue de pointer du doigt la consommation asthénique et la faiblesse de l'inflation.

Selon les minutes de la réunion de politique monétaire du du 6 avril, les membres du comité de la Banque d'Angleterre (BoE) se sont prononcés par sept voix contre une en faveur d'un maintien du taux d'intérêt de base à 4,50%. Les taux d'intérêt n'ont plus bougé depuis le mois d'août 2005, quand la BoE avait baissé ses taux de 4,75 à 4,50%.

De septembre à novembre, les membres de l'institut monétaire ont été unanimes sur le statu quo, et depuis, un seul membre vote chaque mois contre le maintien des taux. Le vote d'avril dessine un comité de politique monétaire toujours fermement partisan de la rigueur monétaire. "Nous continuons de penser que le statu quo devrait également être voté en mai, et que le chiffre de l'inflation publié demain ne changera pas la donne", estime Alexis Garatti, chez Ixis.

Pour la cinquième fois consécutive, Stephen Nickell a voté pour une baisse, comme depuis le mois de décembre, en signalant entre autres choses une consommation des ménages toujours atone, un impact limité de la flambée des prix de l'énergie et une inflation risquant de baisser sous la cible de 2%.

Les sept partisans du statu quo ont en revanche estimé que la croissance continuait d'évoluer près de sa tendance de long terme, même si certains ont relevé des risques baissiers à court terme. L'inflation devrait rester proche de l'objectif de 2% avec tout de même des risques de hausse à court terme en raison de la hausse des prix de l'énergie.

"A la lumière de ces considérations, il a semblé approprié de laisser le taux d'intérêt directeur inchangé pour ce mois" d'avril, rapportent les minutes de la réunion. Habituellement le comité a neuf membres, mais l'un d'entre eux, Richard Lambert, qui a été nommé en mars directeur général du syndicat patronal CBI, n'a pas assisté à la dernière réunion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :