Forte chute de la confiance des investisseurs allemands

 |   |  370  mots
L'indice Zew qui reflète la confiance des milieux financiers allemands a de nouveau fortement chuté en septembre. Les investisseurs s'inquiètent notamment des perspectives d'évolution de l'économie dans les six mois qui viennent. Ce qui pourrait gêner la stratégie de hausse des taux de la BCE.

Mauvaise nouvelle sur le front de l'économie allemande: l'indice de confiance Zew des investisseurs allemands a fortement chuté au mois de septembre. L'indice s'est en effet établi à -22,2 contre -5,6 en août. Une chute de 16,6 points qui est très supérieure aux attentes des économistes. Selon le consensus Reuters, ces derniers attendaient un recul de 7,8 points.

Confirmant sa tendance récente, le Zew affiche une divergence marquée entre l'appréciation des milieux financiers allemands sur la situation actuelle et sur les perspectives. En ce qui concerne la situation actuelle, ils se veulent en effet plutôt optimistes. L'indice qui reflète celle-ci s'est inscrit en hausse, à 38,9 points contre 33,6 points en août. A l'inverse, l'indice des anticipations pour la zone euro a fortement chuté, s'établissant à -10,2 contre 1,3 le mois précédent.

Selon l'institut Zew, la chute de l'indice de confiance en septembre est probablement due au ralentissement des exportations allemandes, elle-même conséquence de la décélération de la croissance aux Etats-Unis. En outre, souligne-t-il, la hausse des taux d'intérêt dans la zone euro renchérit les investissements dans la région.

Sylvain Broyer, économiste zone euro chez Ixis-Cib, ajoute une autre explication à la plongée des attentes des milieux financiers: la période couverte par l'enquête inclut le premier trimestre 2007, qui sera impacté par la hausse de la TVA prévue par le gouvernement allemand. Un événement qui devrait avoir des répercussions sensibles sur l'activité économique sur cette période.

Reste que, comme le souligne Sylvain Broyer, le Zew a désormais reculé de 93 points depuis le début de l'année... Et son niveau moyen de long terme s'établit à +35 points. Autant dire que les milieux financiers s'attendent clairement à un net ralentissement de la croissance allemande dans les six mois qui viennent. Ce qui tombe mal pour la Banque centrale européenne, souligne David Brown, économiste chez Bear Stearns interrogé par Reuters: "La BCE se trouve confrontée à un sérieux dilemme car le boom de l'activité en Allemagne, qu'on a tant salué, se dégonfle juste au moment où la banque centrale pourrait accélérer sa campagne de hausse des taux", souligne-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :