La Fnac veut surfer sur la vague de la téléphonie mobile

 |   |  389  mots
Le magasin culturel a conclu un accord de licence avec Orange. Il proposera quatre forfaits de communications agrémentés de services culturels, en accord avec la marque.

C'est un paradoxe: alors que la croissance de la téléphonie mobile, taux d'équipement oblige, ralentit, le secteur ne cesse d'accueillir de nouveaux acteurs. Non pas de nouveaux opérateurs de réseaux, mais des candidats à la distribution. Dernier exemple en date: la Fnac. Ce matin, le distributeur de produits culturels a annoncé en grande pompe le lancement de "Fnac Mobile avec Orange", qui sera commercialisé dans 67 magasins.

La Fnac a concocté avec Orange des offres mettant en avant des contenus culturels: que ce soit de la musique, un agenda culturel, de la billetterie, des infos sur les nouveaux produits, etc... Quatre forfaits sont proposés, allant de 3 heures à 8 heures de communication, pour des sommes s'échelonnant entre 44 et 84 euros. Le client a la possibilité de s'engager pour une durée déterminée ou pas. En tout cas, il a loisir de choisir parmi une dizaine de téléphones portables.

Pour les adhérents Fnac, c'est une occasion supplémentaire d'engranger des points de fidélité. Ce sont en effet eux que la Fnac compte en premier lieu convaincre. Actuellement, le magasin compte 1,8 million de détenteurs de cartes. "Ils représentent une part restreinte de la clientèle, 10%, mais une part très importante du chiffre d'affaires, soit 50%", a justifié le PDG de la Fnac Denis Olivennes

Avec cette opération, la Fnac ne devient pas opérateur mobile virtuel mais a conclu un accord de licence avec Orange. A l'instar de M6 avec M6 Mobile, la Fnac utilise son savoir-faire marketing et la spécificité de l'enseigne pour distribuer des offres de téléphonie. A Orange ensuite de gérer l'activité d'opérateur, les clients et la facturation. "On aime bien faire des métiers que l'on sait faire. Ce n'est pas notre métier d'être opérateur de téléphonie", a expliqué Denis Olivennes, qui compte répéter l'expérience hors de France, en Espagne par exemple. Ces derniers mois, les offres se sont multipliées. Auchan a annoncé en mai qu'il créerait sa filiale Auchan Telecom, tandis que Système U réfléchit à son entrée sur le marché. A l'étranger, de grands distributeurs tels que Tesco en Grande-Bretagne ou Aldi et WalMart en Allemagne ont déjà investi dans la téléphonie mobile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :