Thales finalise les rapprochements avec DCN et Alcatel

 |   |  674  mots
Selon les informations de La Tribune, le groupe de défense va présenter les opérations avec Alcatel et DCN à son conseil d'administration du 12 septembre. DCN a convoqué un conseil extraordinaire le 25 septembre sur le projet de rapprochement avec Thales, baptisé Convergence.

Le patron de Thales, Denis Ranque, est tout proche de remplir ses deux objectifs majeurs de 2006. Les deux opérations en cours de finalisation - l'une avec DCN (projet Convergence), l'autre avec Alcatel (rachat des activités spatiales et de sécurité) - vont être présentées pour avis au conseil d'administration qui se tiendra mardi prochain. Le projet de rapprochement des activités navales entre Thales et DCN est quasi bouclé et doit être rendu public à l'occasion du salon Euronaval, qui se tient du 23 au 27 octobre dans la région parisienne (voir La Tribune du 23 juin).

De son côté, DCN doit tenir un conseil d'administration extraordinaire sur le projet Convergence le 25 septembre. S'il restait toutefois encore des détails à régler entre les deux partenaires, le conseil d'administration ordinaire de DCN qui doit se tenir le 5 octobre et est prévu de longue date, permet de disposer d'un peu de temps supplémentaire si nécessaire. Le chantier naval militaire tient aujourd'hui son premier comité central d'entreprise (CCE) d'information sur le projet, la direction présentant notamment aux syndicats l'accord industriel et commercial entre DCN et Thales, dont les filiales étrangères pourront concurrencer DCN à l'exportation et en France. Le prochain CCE d'information est prévu le 20 septembre, au cours duquel les valorisations des actifs cédés par Thales et celle de DCN seront présentées aux syndicats. Le CCE pour consultation, non programmé pour l'heure, est prévu autour du 28 septembre. Chez Thales, également, un comité central d'entreprise s'est tenu ce vendredi sur le projet de rapprochement avec la DCN.

En contrepartie de cessions d'actifs rachetés en cash par DCN (50% d'Armaris, la filiale commerciale de Thales et de DCN, Thales Naval France hors les radars, la filiale sur la maîtrise d'oeuvre du futur porte-avions français et 24% d'Eurotorp, filiale spécialisée dans les torpilles) et d'une soulte estimée entre 100 et 150 millions d'euros, l'électronicien va entrer à hauteur de 25% dans le capital du chantier naval public. Dans ce cadre, DCN a été valorisé à 2,8 milliard d'euros, dont 1,5 milliard d'euros de trésorerie (pour un montant réel de 1,9 milliard). Soit un coût total estimé à 700 millions d'euros pour Thales.

En revanche, l'opération avec Alcatel n'est pas encore au stade de celle de DCN. Ce dossier devrait être bouclé définitivement tout début décembre. Beaucoup de points restent encore à finaliser, notamment ceux portants sur les activités étrangères d'Alcatel disséminées dans huit à neuf pays (notamment en Allemagne et en Italie), qui doivent être cédées à Thales. En contrepartie de sa montée dans le capital du groupe d'électronique, Alcatel cède des actifs réalisant deux milliards de chiffres d'affaires et valorisés à 1,74 milliard d'euros. Thales doit en outre payer une soulte en cash de l'ordre de 673 millions d'euros au groupe de télécoms, en complément de l'émission des 26,67 millions d'actions Thales qui ont été valorisées à 1,067 milliard d'euros.

Dans le cadre de ces deux opérations, Denis Ranque doit présenter le 28 septembre aux cadres dirigeants du groupe la nouvelle organisation de Thales. Le PDG du groupe devrait faire une place en tant que directeur général à Olivier Houssin (actuel vice-président exécutif d'Alcatel et patron de la branche communications privées) et membre du comité exécutif, en tant que patron de la nouvelle division regroupant les services et le spatial (environ 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires). Benoît Tellier, chargé de mission auprès du PDG d'Alcatel et administrateur de Thales, rejoint Thales en tant que numéro deux de Jean-Paul Perrier, patron du commerce international. En revanche, l'arrivée au comité exécutif de Pascale Sourisse, actuelle patronne des activités spatiales d'Alcatel, dont le nom a circulé pour Safran, n'est pas tranchée, tout comme l'arrivée des trois patrons de zones géographiques de Thales International. Toutefois, Denis Ranque s'orienterait, selon nos informations, vers une réorganisation a minima aussi bien des divisions que du comité exécutif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :