Stock-options : démission de la direction de l'éditeur informatique McAfee

 |   |  463  mots
Impliquée dans une affaire d'attribution frauduleuse de stock-options, la direction de l'éditeur de logiciels de sécurité informatique a démissionné. McAfee annonce que la révision de ses états financiers impactera l'exercice d'une charge supplémentaire de 100 à 150 millions de dollars.

Les entreprises américaines continuent de faire le ménage dans leur direction sur fond de scandale autour des stock-options. Une semaine après le départ du directeur financier d'Apple, c'est au tour des dirigeants de l'éditeur McAfee d'en faire les frais. George Samenuk, le président du conseil d'administration et PDG du groupe américain spécialisé dans le développement de logiciels anti-virus a démissionné en raison d'une enquête sur l'existence d'un système d'attributions illégales de stock-options du groupe. Dans son sillage, Kevin Weiss, le numéro deux de la firme a également du rendre son tablier. Dale Fuller, entré au conseil d'administration en janvier dernier assurera l'intérim dans les prochains mois.

"Après 6 ans chez McAfee, je démissionne dans l'intérêt du groupe", explique George Samenuk dans un communiqué, ajoutant regretter que "certains des problèmes liés aux stock-options soient survenus sous ma surveillance". Basée en Californie, la société McAfee a généré en 2005 près de 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires et pointe au deuxième rang mondial dans le secteur des solutions de sécurité informatique. La première place est occupée par l'américain Symantec, qui pèse plus du double en terme de ventes.

Ces décisions ont suivi la présentation au conseil de McAfee des conclusions de l'enquête interne menée par une commission d'administrateurs indépendants, qui a étudié les modalités d'attributions de stock-options dans le passé et relevé l'existence d'irrégularités comptables. Le groupe a par ailleurs précisé que la révision complète de sa comptabilité nécessitera l'enregistrement de charges supplémentaires avant impôt sur ses dix derniers exercices, d'un montant total estimé entre 100 à 150 millions de dollars.

En début d'année, la SEC, le régulateur boursier américain, avait pointé du doigt plus de 80 entreprises appartenant au secteur des nouvelles technologies, soupçonnées d'avoir manipulé les prix de stock-options versées à leurs dirigeants. La pratique, qui consistait à antidater les ordres de distribution de titres, permettait aux bénéficiaires de faire coïncider la date d'obtention de ces options avec le moment où le cours de l'action était le plus bas en Bourse. Résultat: une plus-value maximum engrangée le jour de la vente, à un cours plus élevé, cela va sans dire.

Cette valse de patrons ne semble pas prête de s'achever. Pour les mêmes motifs, CNET Networks, spécialisé dans l'édition d'information sur Internet, vient d'annoncer la démission de Shelby Bonnie, jusqu'ici président de son conseil d'administration et directeur général du groupe.

A Wall Street, le titre McAfee gagne 3,33% à 26,65 dollars tandis que l'action CNET Networks chute de 6,46% 9,26 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :