Toyota veut multiplier les ouvertures d'usine en Inde, en Chine et aux Etats-Unis

 |  | 483 mots
Lecture 2 min.
Selon un document interne publié par le Wall Street Journal, le constructeur japonais veut augmenter d'ici à 2009 ses capacités de production. Il s'agit de répondre à la demande des pays comme la Chine ou l'Inde. Le groupe vise 15% du marché mondial de l'automobile en 2010.

General Motors, actuel numéro un mondial de l'automobile, est prevenu: Toyota, son plus redoutable concurrent, entend mettre les bouchées doubles pour 2009. Déjà l'an prochain, le constructeur japonais devrait lui ravir la place de leader du secteur. Mais, d'après un document de travail interne que s'est procuré le Wall Street Journal et publié dans son édition de ce lundi, le constructeur japonais entend multiplier les ouvertures d'usines. L'objectif visé pour Toyota est très précis: le groupe veut détenir à l'horizon 2010 une part de marché mondial de 15%.

Pour y parvenir, la firme souhaite se renforcer en Inde, en Chine mais également aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, Toyota va inaugurer cette semaine une nouvelle usine au Texas, à San Antonio. Ce nouveau site est chargé d'assurer la version 2007 de son "Tundra" un gros 4X4 qui doit rivaliser avec les modèles de General Motors ou de Ford.

En Inde et en Chine, le constructeur japonais veut pouvoir répondre à la demande de plus en plus importante de la part des consommateurs locaux. En Inde, il souhaite d'ici à 2009 produire par an 150.000 voitures low cost donc bon marché. Un créneau que la plupart des constructeurs s'arrachent. La semaine dernière, Renault avec son partenaire indien, Mahindra, ont annoncé qu'ils allaient créer une nouvelle usine dans le pays pour fabriquer le modèle à bas prix du groupe français, la Logan. D'ici 2012, la nouvelle unité franco-indienne produira 500.000 véhicules. Selon les prévisions du constructeur français, le marché indien devrait doubler de taille à plus de 2 millions de voitures d'ici 2010.

En Chine, Toyota a prévu l'implantation prochaine d'une seconde unité de production dans le sud du pays, à Guangzhou. Destinée à produire 100.000 unités par an, cette unité devrait produire la nouvelle génération de son modèle Camry, la berline la plue vendue aux Etats-Unis. Le groupe étudierait également l'assemblage et la vente de son fameux RAV4 et du Highlander, deux produits parmi les plus vendus au monde dans la catégorie des Sport utility vehicles (SUV).

Compte tenu de ses différents projets, Toyota estime dans sa note de travail qu'il pourrait produire 450.000 véhicules nouveaux par an. De quoi répondre à une demande mondiale qui selon les calculs des dirigeants nippons pourrait croitre de 12% dans les cinq prochaines années. En 2010, Toyota estime que le marché mondial automobile se siturerait à 73 millions d'unités contre 65 millions en 2005.

S'il parvient à ses objectifs, Toyota n'en finrait pas de creuser l'écart. Lors de la publication mercredi 8 novembre de ses résultats semestriels, le constructeur japonais a multiplié les bonnes nouvelles. Avec une marge nette de 9,5%, il devance nettement ses concurrents, locaux et étrangers. Et il a revu à la hausse ses prévisions pour l'exercice avec un résultat opérationnel supérieur à 2.200 milliards de yens.

En bourse, le titre Toyota a terminé lundi la séance à 7.100 yens en baisse de 0,56%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :