Sur un petit nuage

 |   |  925  mots
Paris termine la séance en nette hausse, en dépit d'une tendance moins favorable outre-Atlantique, et au lendemain du communiqué jugé rassurant de la Fed. A la clôture, le CAC 40 progresse de 1,75% à 4.965,96 points, après s'être octroyé 2,2% hier.

Paris termine près de ses plus hauts au lendemain du communiqué jugé rassurant de la Fed. Les marchés européens n'ont que temporairement réduit l'allure, au vu de la tendance plus hésitante des marchés américains, tentés par les prises de bénéfices et alourdis par leurs valeurs technologiques. Dans la foulée de la clôture en nette hausse de Wall Street hier soir, le marché parisien a surtout retenu les nouvelles nuances du communiqué de la Fed, laissant espérer une pause dans son cycle de resserrement monétaire. Toutes les valeurs du CAC 40 terminent dans le vert, sauf Pernod Ricard, Vinci et Lafarge.

A la clôture, le CAC 40 gagne 1,75% à 4.965,96 points, dans un volume d'affaires de 5,4 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie avance de 0,56% à 5.824 points et, à Francfort, le Dax progresse de 1,98% à 5.692,09 points. A New York, le Dow Jones cède 0,01% à 11.189,20 points, tandis que le S&P 500 progresse de 0,03% à 1.273,28 points.

Le dollar reste faible à 1,2777 pour un euro après que la Fed a adopté un ton moins agressif en ce qui concerne l'inflation, abandonnant notamment le passage selon lequel " une poursuite de la hausse des taux pourrait s'avérer nécessaire ". Le baril de brut léger américain progresse de 33 cents à 73,85 dollars, niveau inédit depuis le début avril, les signes positifs concernant l'économie américaine alimentant un rally des matières premières.

Sur le front statistiques, de nombreuses batteries de chiffres ont été publiées aux Etats-Unis. Les dépenses des ménages américains ont augmenté de 0,4% le mois dernier, après une hausse de 0,7% (révisée de +0,5%) en avril. Dans le même temps, leurs revenus ont augmenté de 0,4%, après une progression de 0,7%. Les analystes tablaient sur des hausses de respectivement 0,4% et 0,2%. La composante PCE (dépenses de consommation personnelles) des prix a augmenté de 0,4% sur un mois et de 3,2% sur un an, soit sa progression la plus marquée depuis octobre 2005. Hors alimentation et énergie, l'indice a progressé de 0,2% sur un mois et de 1,8% sur un an.

Par ailleurs, la confiance des consommateurs américains s'est améliorée en juin pour la première fois en trois mois, l'indice de l'Université du Michigan ressortant finalement à 84,9, contre 82,4 en première estimation et 79,1 en mai. Les économistes tablaient sur une hausse moins marquée à 82,5. Cet indicateur est établi sur la base d'une enquête réalisée auprès de 500 foyers. Enfin, l'indice des directeurs d'achat de Chicago a reculé à 56,5 en juin, après un rebond de 4,3 points à 61,5 le mois dernier. Les analystes tablaient sur un repli à 59. L'indice se maintient néanmoins au-dessus du seuil critique des 50 points, séparant expansion et contraction de l'activité, pour le huitième mois consécutif.

Selon des sources de marché, le fonds Tracinda, du milliardaire Kirk Kerkorian, aurait indiqué que Renault-Nissan était intéressé par une " participation minoritaire significative " dans le capital de General Motors. Le fonds demande au groupe américain d'étudier " immédiatement et pleinement " la possibilité d'un partenariat. Suite à cette information, le titre Renault a brutalement décroché avant de se reprendre. L'action termine sur un gain de 1,57% à 84 euros.

LVMH s'octroie 3,05% à 77,60 euros alors que la Cour d'appel de Paris a tranché en faveur du groupe de luxe dans le procès qui l'oppose à Morgan Stanley depuis plusieurs années.

Arcelor gagne 0,61% à 37,74 euros. Des actionnaires représentant 57,9% du capital du sidérurgiste ont voté contre le rapprochement avec le groupe russe de l'oligarque Mordachov, lors de l'assemblée générale d'Arcelor qui se tient aujourd'hui. La voie est donc libre pour l'alliance avec Mittal Steel, soutenue par le conseil d'administration. Le vice-président directeur général du groupe a par ailleurs déclaré que le conseil d'administration ne décidera pas aujourd'hui de la succession de son PDG Guy Dollé.

Suez engrange 2,91% à 32,50 euros. Groupe Bruxelles Lambert, holding de l'homme d'affaires belge Albert Frère, a porté sa participation de 7,2% à 8% du capital.

Total monte de 2,59% à 51,45 euros alors que les cours du brut se sont établis au-dessus des 73 dollars le baril.

Contre la tendance, Pernod Ricard recule de 1,21 % à 155 euros. Credit Suisse a dégradé le titre du groupe de spiritueux de "neutre" à "sous-performance" et abaissé son objectif de cours de 140 à 132 euros.

Vivendi gagne 0,70% à 27,40 euros. Selon le Financial Times, le groupe français envisage de racheter les divisions d'éditions musicales de l'américain Warner et de l'allemand BMG pour un montant global de 3 milliards d'euros.

Sanofi-Aventis cède 0,66% à 76,30 euros. La Food and Drug Administration (FDA) a annoncé que le groupe pharmaceutique avait révisé la notice d'information de son antibiotique Ketek aux Etats-Unis afin de prévenir les médecins et les patients des risques hépatiques liés à la prise de ce médicament.

Veolia Environnement monte de 0,80% à 40,41 euros. Le groupe de services aux collectivités a racheté Cleanaway UK, filiale britannique de traitement des déchets de l'australien Brambles Industries, pour 858 millions d'euros. L'activité de traitement des déchets a représenté 26% du chiffre d'affaires de Veolia l'an dernier.

Enfin, Ingenico et MoneyLine sont suspendus de cotation. Les deux groupes ont annoncé un projet de rapprochement qui devrait donner naissance au leader européen de la monétique intégrée. Ingenico propose d'échanger 2,08 de ses actions contre 1 action Moneyline. L'opération, qui devrait être finalisée au quatrième trimestre, devrait avoir un effet positif sur le bénéfice par action dès cette année, indiquent les deux groupes.

Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :