GSK relève ses prévisions pour 2006

 |   |  409  mots
Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline affiche de solides performances au deuxième trimestre avec un bénéfice net en progression de 12,4% et un chiffre d'affaires en hausse de 10,8%. Fort de ses résultats, il a relevé sa prévision de croissance du bénéfice par action pour 2006 de 10% à environ 12%.

Un nouveau trimestre de croissance pour GlaxoSmithKline (GSK). Le premier laboratoire pharmaceutique en Europe a enregistré un bénéfice net en hausse de 12,4% au deuxième trimestre, clos au 30 juin 2006, à 1,337 milliard de livres (1,955 milliard d'euros). Son bénéfice avant impôts a progressé de 14%, à 1,9 milliard de livres, un chiffre conforme aux attentes des analystes. Par action, il ressort à 23,3 pence, légèrement en dessous des attentes des analystes qui tablaient sur 23,6 pence.

Le groupe affiche également une belle progression de son chiffre d'affaires à 5,811 milliards de livres, soit une hausse de 10,8% sur a période. Les ventes ont été portées par le marché américain dont le résultat a crû de 18% à 2,6 milliards de livres sur le trimestre. Le réapprovisionnement en Avandia et Avandamet, médicaments contre le diabète, après des problèmes en début d'année, a contribué à ces résultats. En effet, leurs ventes ont progressé de 32% à 477 millions de livres. Les ventes de son blockbuster, l'anti-asthmatique Advair, commercialisé en Europe sous le nom de Seretide, ont augmenté de 12% à 822 millions de livres.

De nouveaux produits devraient sortir prochainement du pipeline de GSK. Le groupe a en effet annoncé qu'il allait demander, au troisième trimestre, aux autorités sanitaires américaines et d'ici la fin de l'année en Europe, l'approbation pour lancer son médicament contre le cancer du sein Tykerb. Il s'agit là d'un de ses produits les plus prometteurs. Il a par ailleurs annoncé que l'un des vaccins contre le virus H5N1 de la grippe aviaire qu'il a mis au point s'est avéré efficace à faible dose pour 80% des patients lors d'un test clinique effectué en Belgique. "Des résultats efficaces à se faible niveau de dosage n'ont été rapportés pour aucun autre prototype de vaccin en développement à ce jour", a souligné la direction de GSK.

Fort de ses résultats, le laboratoire a annoncé qu'il misait sur une croissance d'"environ 12%" du bénéfice net par action, à taux de change constants, pour l'année 2006. Jusque-là, il tablait davantage sur 10% du BPA. Cette prévision reste cependant inférieure aux attentes des analystes qui anticipaient une croissance aux alentours de 15%.

La révision moins forte que prévu de la prévision de croissance du bénéfice par action pour cette année a déclenché un recul de son titre à la Bourse de Londres. En fin d'après-midi à Londres, l'action GSK reculait de 2,08% à 1.504 pence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :