Mittal accroît la pression sur Arcelor

 |   |  751  mots
Nouveau rebondissement dans l'affaire Mittal Steel-Arcelor: le patron de Mittal se dit prêt à relever son offre s'il obtient le soutien de la direction d'Arcelor. Une nouvelle saluée par le marché. Lakshmi Mittal a également annoncé qu'il acceptait de nommer des administrateurs indépendants et a avancé le nom de François Pinault.

À quelques heures de l'assemblée générale de ses actionnaires, le patron du géant de l'acier Mittal Steel, Lakshmi Mittal, a annoncé ce matin qu'il était prêt à augmenter le montant de son offre d'achat sur le sidérurgiste européen Arcelor, si la direction de ce dernier soutenait son offre.

Lakshmi Mittal a également indiqué qu'il était disposé, en cas d'accord avec Arcelor, à partager de façon égale la représentation des deux groupes au conseil d'administration, avec six membres issus de Mittal Steel, six issus d'Arcelor et deux membres indépendants choisis en commun par les deux groupes. Lakshmi Mittal va d'ailleurs proposer à ses actionnaires lors de l'assemblée générale de nommer l'homme d'affaires français François Pinault comme administrateur indépendant.

La "grande connaissance du monde européen des affaires" de François Pinault "sera précieuse à Mittal Steel à mesure de son évolution", a affirmé Lakshmi Mittal. Mais au delà des mots, il espère surtout que l'arrivée de l'homme d'affaire comme administrateur l'aidera à désamorcer l'hostilité déclenchée en France par son projet. Rappelons que le président Jacques Chirac lui-même avait critiqué cette "offre hostile, purement financière, sans aucun projet industriel connu ou révélé et sans aucune concertation préalable contrairement aux usages". Or, il se trouve que François Pinault est un proche du chef de l'Etat.

François Pinault "a pu être choqué de l'accueil réservé à Lakshmi Mittal, en France notamment, à cause de ses origines indiennes", et il "admire sa capacité entrepreneuriale", a déclaré à l'AFP une source proche du dossier. De même source, on évoque des affinités entre ces deux hommes parvenus à la tête de véritables empires après être "partis de rien". "Comme lui, Mittal a bâti un groupe international à partir de rien, grâce à une énergie hors normes", dit-on.

Dernier point, Lakshmi Mittal s'est dit prêt à revoir le système des droits de vote associés à la détention d'actions qui profite largement, pour l'heure, à la famille Mittal, détentrice de 88% du groupe du même nom. Ce système lui permet de garder la haute main sur toutes les décisions stratégiques et vaut bien des critiques à la gouvernance de l'entreprise. Mais le PDG a précisé que "la famille n'ira pas sous les 50,4%" du capital.

Lakshmi Mittal a par ailleurs déclaré dans un communiqué être "déçu de ne discerner à ce stade aucune volonté, de la part d'Arcelor, d'entamer des discussions sérieuses pour parvenir à un accord sur notre offre d'achat, ce qui serait certainement dans l'intérêt de tous les actionnaires". Il s'est dit également "surpris" qu'Arcelor ne s'estime pas assez informé pour le rencontrer. "Nous pensons au contraire que le niveau des informations que nous leur avons données, qui comprennent 100 pages et un plan industriel que nous avons partagé avec eux, est absolument sans précédent". Il a cependant défendu sa position de ne pas communiquer le business plan que réclame Arcelor, estimant que cela n'était "ni nécessaire ni approprié", et espéré "que ce n'est pas un nouveau prétexte pour ne pas discuter avec nous ou pour nous mettre de nouveaux bâtons dans les roues".

A ce stade, "nous n'avons pas l'intention de relever notre offre", a déclaré le PDG du groupe de Mittal lors d'une conférence de presse en marge de l'assemblée générale des actionnaires à Rotterdam. Une source proche d'Arcelor ayant déclaré à l'AFP un peu plus tôt dans l'après-midi, que le géant européen de l'acier Arcelor ne croit pas aux propositions de concessions en vue d'un rapprochement amical faites par Mittal. "Une fois dissipées les fumées de Mittal, il ne reste rien de ses propositions. C'est deux pas en avant, trois pas en arrière", a jugé cette source.

Reste que l'action Arcelor a bien réagi à ces annonces, gagnant 2,17% à 35,76 euros à la clôture. En effet, les analystes attendent depuis plusieurs mois que Mittal relève son offre. À Amsterdam, Mittal Steel s'adjugeait au même moment 1,85% à 33,10 euros.

L'OPA lancé par Mittal sur Arcelor valorise pour l'heure l'entreprise à 18,6 milliards d'euros, soit 28,21 euros par action. L'offre annoncée le 27 janvier dernier se compose de 75% d'actions Mittal Steel et de 25% de cash. Lakshmi Mittal a déclaré espérer lancer officiellement son OPA la semaine prochaine, "sauf si Arcelor nous met d'autres bâtons dans les roues".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :