Les opérateurs mobiles sans réseau séduisent enfin les clients

 |   |  391  mots
Les parcs d'abonnés d'opérateurs tels qu'NRJ Mobile, Télé 2 et autres Debitel connaissent une croissance exponentielle. La téléphonie sur Internet continue de faire son trou.

Encore nains au pays des opérateurs mobiles traditionnels, les MVNO, ces opérateurs sans réseau, creusent leur sillon. La période de Noël leur a ainsi été favorable, d'après les derniers chiffres communiqués par l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (Arcep). Au quatrième trimestre, ces opérateurs d'un nouveau genre comptaient en tout 279.800 clients, contre 108.000 clients trois mois plus tôt, soit une croissance de 159%. Cette poussée est à mettre sur le compte à la fois des nouvelles offres - NRJ Mobile s'est lancé à l'automne - et des vastes campagnes de communication mises en oeuvre par les différents acteurs.

Ainsi, Télé 2, qui s'est lancé en juin dernier sur le créneau de la téléphonie mobile, communique beaucoup depuis la rentrée sur ses offres à prix cassés. On attend encore Virgin Mobile qui devrait faire bientôt son entrée dans l'Hexagone. L'opérateur mobile virtuel, qui compte plus de 5 millions de clients au Royaume Uni, a signé un accord avec The Phone House, déjà présent en Bretagne sous l'enseigne Breizh Telecom. Disney s'apprête aussi à débarquer. Bien entendu, le taux de pénétration des MVNO est encore ridicule, puisqu'il ne représente que 0,60% de la clientèle totale, contre néanmoins 0,24% trois mois plus tôt.

D'une manière plus générale, le secteur de la téléphonie mobile continue d'être en progression, avec une accélération en fin d'année. Le parc de clients a atteint 48,1 millions de personnes, soit une croissance de 4% en séquentiel. Au total, le taux de pénétration a atteint 80%, tandis que le revenu moyen par abonné était de 39,3 euros fin septembre, contre 39,4 euros trois mois plus tôt.

Au total, le marché français des communications électroniques a atteint 10,2 milliards d'euros au troisième trimestre 2005, dont près de 8 milliards d'euros pour la téléphonie (fixe et mobile) et Internet, d'après une étude de l'observatoire des communications électroniques publiée en parallèle par l'Arcep. A elle seule, la téléphonie sur Internet a progressé de 23,7% en un trimestre avec 2,4 millions d'abonnés. Elle a donc favorisé la croissance du nombre d'abonnés à un service de téléphonie fixe. Fin septembre, il y avait 35,7 millions d'abonnés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :