Enel laisse toujours planer le doute sur Suez

 |  | 587 mots
Lecture 3 min.
Le groupe italien, qui présente aujourd'hui son plan industriel à l'horizon 2010, ne se prononce toujours pas sur une éventuelle offre sur Suez. Le bénéfice d'Enel a crû de 48% en 2005. Suez voudrait obliger Enel à clarifier ses intentions.

Ce n'est pas la présentation de ses résultats qui aura donné à Enel l'occasion de préciser ses intentions sur Suez. Mercredi soir, son président Piero Gnuti indiquait que le dossier n'avait pas été évoqué lors du conseil d'administration d'approbation des comptes 2005. Dans le même temps, des informations de presse assuraient que le groupe voulait laisser passer les élections italiennes qui se tiendront les 9 et 10 avril, avant de lancer une offre sur le groupe français. Enel doit quand même présenter dans la journée aux analystes son plan industriel à horizon 2010.

Pour le moment, l'administrateur délégué Fulvio Conti a tout juste indiqué que "de nouvelles marges de croissance pourraient être engendrées par de nouvelles acquisitions sur le front international". Il s'est refusé à faire le moindre commentaire concernant la possible OPA sur Suez. "Je peux confirmer que nous avons les ressources financières pour allant de l'avant si le conseil d'administration devait le décider. Nous informerons bien sûr le marché de toute décision", a simplement précisé Fluvio Conti.

En ce qui concerne les résultats, le bénéfice net 2005 a augmenté de 48% à 3,89 milliards d'euros, grâce aux gains issus de la vente de parts dans sa filiale Terna. Si l'on exclut les éléments exceptionnels, le bénéfice net s'est élevé à 2,742 milliards d'euros (+47%). De son côté, le chiffre d'affaires affiche une hausse de 9,8% à 34,06 milliards d'euros.

Enel table sur une hausse "d'au moins 3%" par an de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) d'ici 2007 grâce à un programme de limitation des coûts, au renouvellement de son parc d'installations et à la contribution de ses activités internationales. Ces dernières devraient générer un résultat brut d'exploitation (EBE) de 10% de l'EBE total en 2007. Elles pourraient être stimulées par les acquisitions évoquées par Fulvio Conti. En parallèle, Enel a l'intention de réduire ses coûts d'exploitation de 200 millions d'euros par an à partir de 2007

Le groupe payera un dividende de 0,44 euro par titre cette année au titre de l'exercice 2005, qui s'ajoutera au dividende exceptionnel de 0,19 euro versé après la vente de la participation dans son ancienne filiale Terna. L'an passé, l'ancien monopole avait doublé son dividende et promis de verser chaque année au moins 0,42 euro par titre entre 2005 et 2007.


Suez exige une réponse de la part d'Enel
Gérard Mestrallet, PDG de Suez, vient d'inviter dans une lettre l'Autorité des marchés financiers (AMF) à demander à l'électricien Enel de rendre publiques ses intentions concernant une éventuelle OPA hostile sur Suez. "Les déclarations d'Enel et les rumeurs de marché entretiennent une spéculation sur le cours", a-t-il affirmé. En conséquence il demande à l'AMF de faire" cesser des rumeurs qui persistent depuis plusieurs semaines et qui sont susceptibles d'induire le public en erreur". Gérard Mestrallet rappelle également que l'article 222-7 du règlement général de l'AMF dispose que toute personne qui prépare pour son compte une opération financière susceptible d'avoir une incidence significative sur le cours d'action doit dès que possible porter à la connaissance du public les caractéristiques de cette opération. Il fait par ailleurs valoir le fait que le projet de loi sur les OPA, transposant une directive européenne de 2004 et définitivement adoptée jeudi par le Parlement, prévoit l'insertion d'un nouvel article obligeant un éventuel acquéreur à déclarer ses intentions en cas de rumeurs d'OPA. Cependant la loi n'est pas encore promulguée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :