Les revenus Internet et de la téléphonie mobile ont toujours le vent en poupe

Les revenus des opérateurs de communications électroniques sont en croissance au deuxième trimestre 2006. Ils s'élèvent à 10,14 milliards d'euros contre 9,99 milliards d'euros au deuxième trimestre 2005 selon les chiffres publiés aujourd'hui par L'Arcep, l'autorité de régulation des communications électroniques et des Postes.Les trois principaux marchés des communications électroniques (la téléphonie fixe, la téléphonie mobile et Internet) représentent près de 80% du marché global soit 7,9 milliards d'euros et ils progressent de 2,3% sur un an par rapport au deuxième trimestre 2005.Si on regarde en détail ces trois marchés, c'est le secteur Internet qui a la croissance la plus dynamique : 21,9% sur un an, avec 917 millions d'euros de revenus au deuxième trimestre 2006 contre 752 millions d'euros au deuxième trimestre 2005. Le nombre total d'accès à Internet est de 14,2 millions à la fin du deuxième trimestre 2006. Les accès à haut débit sont plébiscités. Une grande partie des clients qui résilient leur abonnement en bas débit se tourne en effet vers le haut débit. L'Arcep recense 11,09 millions d'abonnements haut débit dont 10,45 millions d'abonnements ADSL contre respectivement 7,89 et 7,37 millions au deuxième trimestre 2005. La croissance des abonnements téléphoniques avec accès haut débit à Internet est de 40,5% sur un an. Les autres moyens d'accéder à Internet en haut débit étant le câble, le satellite et la fibre optique. Les revenus des accès haut débit sont en progression de 32,7% sur un an. Ils représentent 765 millions de revenus au deuxième trimestre 2006.Autre indication de L'Arcep, l'autorité relève au deuxième trimestre 2006 que les consommateurs téléphonent de plus en plus via Internet. Les clients n'hésitent plus à sauter le pas et à rompre leur abonnement avec France Télécom. Le dégroupage total est en forte croissance. Sur 3,4 millions de lignes dégroupées recensées au deuxième trimestre 2006 dans l'Hexagone, 1,2 million sont en dégroupage total dont près d'un million de lignes supplémentaires depuis un an. Les 2,2 autres millions de lignes sont partiellement dégroupées, mais l'ARCEP le constate les consommateurs vont de moins en moins vers cette solution.Autre secteur porteur, la téléphonie mobile. Les opérateurs continuent à faire le plein de clients et il y a encore du potentiel. L'Arcep compte au total 49 millions de clients à un service de téléphonie mobile au deuxième trimestre 2006 soit une croissance de 8,1% comparés aux 45,39 millions de clients au deuxième trimestre 2005. La présence des MVNO, les opérateurs mobiles virtuels, qui apportent de nouvelles offres et un souffle d'air frais continuent en effet à dynamiser le marché. Le volume du traffic depuis un mobile augmente de 15,5% sur un an dopé par les forfaits illimités des opérateurs qui incitent à téléphoner toujours plus. Les clients téléphonent en moyenne 2 heures 40 par mois au deuxième trimestre 2006, soient 10 minutes de plus qu'au deuxième trimestre 2005.Enfin dernière tendance importante relevée par l'Arcep, la fin du 12 et des numéros de renseignements téléphoniques des opérateurs de téléphonie mobile (712,222 et 612) le 3 avril dernier a eu un effet négatif sur l'activité. La concurrence est rude, les consommateurs ont du mal à se faire aux nouveaux numéros qui débutent par 118. En conséquence, les revenus des services de renseignements téléphoniques sont en baisse de 21% au deuxième trimestre 2006 par rapport au premier trimestre 2006 à 37 millions d'euros. Et le nombre d'appel a baissé de 22% avec 41 millions d'appels vers un service de renseignement.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.